≡ Menu

Comment mettre son travail en valeur

mettre-son-travail-en-valeur

On parle souvent du visuel à juste titre : pour partager son travail, un beau site, un beau logo, un beau design, c’est toujours bien !

Mais ce n’est pas tout.

Le visuel est important parce qu’il permet au client, grâce à tes images, de s’imaginer dans ton cabinet de praticien, en voyage grâce à toi, en train de faire du yoga ou de porter tes produits – et quoi que tu fasses : de visualiser le type de résultat que tu leur permets d’obtenir via tes produits, services, prestations.

Un beau site, un beau design, ça fait partie d’une image de marque professionnelle…

Sauf que ce n’est qu’une partie de l’équation.

L’importance de l’environnement

  • Nous avons vu que l’environnement dans lequel on vend est important. D’ailleurs, je lis souvent que les entrepreneurs choisissent d’avoir un site propre, une boutique individuelle plutôt que sur une plate-forme pour avoir une image plus professionnelle…Sauf que ce n’est pas toujours le cas.
  • Une boutique sur Prestashop, avec une navigation approximative, ne fera pas plus pro qu’une boutique sur plate-forme dont le nom apparaît dans l’url.
  • Idem pour un site qui n’incite pas à la conversation : on se sentira peu concerné par les services et prestations qui y sont en vente, même s’il t’appartient, et que tu as un beau thème WordPress. La solution ? Axer ton site sur la relation, pas sur la transaction financière avec un blog qui transforme tes lecteurs en clients potentiels.
  • Important : tu fais partie de ton environnement…alors ne te cache pas derrière ta marque, ou derrière ton entreprise. Se démarquer, développer une relation commerciale épanouissante pour toi comme pour tes clients, ça passe par rebondir sur son parcours pour réussir son personal branding.

L’importance des mots que tu utilises

  • Ce dont je voulais parler aujourd’hui, et dont on ne parle jamais, c’est le langage. Les mots que tu utilises pour parler de ton travail, et pour parler de toi.
  • Car voilà le problème : quand on manque de confiance en soi, on fait involontairement passer le message avec les mots qu’on choisit.
  • Cela donne une ribambelle de mots dépréciant le travail qu’ils présentent. Tu veux savoir si tu les utilises? Voici un extrait de la liste N.O.I.R.E des mots à bannir sur ton blog / boutique / site :

* Petite/petit : mon petit cabinet, une petite séance de yoga vous ferait du bien, envoyez-moi un petit message, voici 3 petits conseils pour réussir à…

* Aujourd’hui j’ai envie de vous dire que, je crois que, si je peux me permettre…

* Sans oublier le jargon : chaque profession a le sien, mais l’utiliser sur un site destiné à communiquer avec ses clients les rebute car il ne fait pas partie de leur langage à eux.

  • Ces mots sont tellement utilisés qu’on ne les voit même plus!

Ose utiliser de vrais mots!

  • Les mots que tu choisis parlent pour toi : ils disent si tu comprends tes clients ou pas, si tu sais résoudre leurs problématiques, concrétiser leurs aspirations…ou pas.

Maintenant dis-moi : est-ce que tu utilises certains des mots sur ma liste noire? Comment est-ce que tu vas décrire ton travail dorénavant?

Et si tu as remarqué d’autres termes qui déprécient le travail qu’ils décrivent, n’hésitent pas à en parler dans les commentaires, ça rendra service à tout le monde :-) Merci!

{ 85 commentaires… add one }
  • ah oui ça je le re-confirme ! et je dirais aussi d’oublier : “unique” et “original”… pour remplacer par les termes qui décrivent réellement les créations :o)

  • Oh la la, Selma, j’ai tout faux dès le démarrage et en plus je ne peux pas changer car depuis 2008 je suis connue sous ce nom… choisi en 3 secondes quand j’ai fait mon blog (“merde, merde, merde, si je trouve pas de nom je vais devoir tout recommencer, vite le nom ??? je fais des coeurs, le plus souvent petits, le plus souvent rouges allez : Rougepetitcoeur” lol !!!)
    Bon, faute de tout reprendre je vais aller vérifier un peu plus les termes de mes annonces pour ne pas accumuler tous les bémols.
    Merci à toi pour tes articles !!! Bises, Myriam

    • rouge petit coeur je trouve ça très joli comme nom ; )

      • Bonjour Myriam et Catherine! Oui, “rouge petit coeur”, c’est mignon…et pourquoi pas “rouge coeur” ? Je connais bien le problème du nom choisi au début, vu que j’ai le même :-) Mais ce n’est pas impossible de changer, surtout avec internet!

  • Bonjour Selma,
    Ton article m’interpelle au sujet de la qualité de présentation différente entre alm et Etsy, peux-tu nous en dire davantage sur ce sujet précis ? (Je sais que tu avais écris des descriptifs détaillés sur chacune des 2 plateformes mais je n’y avais pas perçu cette différence “qualitative”).

    En ce qui concerne les différentes qualités de présentation des sites propres, tu as tout à fait raison, cependant, on peut trouver certaines boutiques modulées avec prestashop de très grande qualité (mais il faut savoir se mettre les mains dans le cambouis et s’y connaitre un peu dans les rouages).
    Bref, tout cela s’apprend aussi (et ça n’est pas facile lorsque l’on n’est pas du métier !)

    Enfin en ce qui concerne la difficulté de parler de son propre travail, plus que d’avoir peur d’OSER parler de mon travail, il y a justement la difficulté à utiliser les bon mots (clefs) pour être vu qui me fait perdre mon latin naturel …
    Quel sac de nœuds !! non, j’vous jure, c’est un vrai métier dont j’aimerais un jour avoir l’impression de terminer l’apprentissage (enfin à peu près^^)

    • Hello Lara! Je t’invite à relire les articles avec attention alors, et les commentaires :-)) Je ne vais pas en dire plus sur le blog, hé hé.
      Concernant Prestashop : oui oui, il y a des boutiques magnifiques! Mais ce n’est pas parce qu’on ouvre une boutique sur Prestashop qu’on a fini justement, il y a beaucoup de boulot derrière :-)

      Concernant les mots clefs, je te conseille de choisir toujours d’abord pour les gens, et de ne pas te préoccuper de Google avant un bon, bon moment.

  • Bien vu !
    Oser se mettre en avant sur un site internet est déjà un tellement grand pas à franchir, il ne faut pas le gâcher en se cachant derrière un vocabulaire qu’on imagine plein d’humilité mais qui nous dessert. Il faut oser être un peu prétentieuse pour sortir du lot, à moins de ne pas vouloir réussir…
    Ton article m’a fait penser à une amie qui tient un blog, qu’elle présente comme “sans prétention”, et depuis le début je lui dis que je trouve que ce “sans prétention” est d’abord faux (parce que si on écrit un blog c’est bien qu’on prétend qu’on a des choses intéressantes à dire…) et surtout dévalorisant (et alors il vaut mieux ne rien mettre je pense…).
    Alors oui, assume et ose !!!

    • Ah la la, on nous inculque tellement depuis l’enfance à ne pas faire notre intéressante, notre prétentieuse etc…que voilà le résultat : on ne verra jamais un mec indiquer que son blog pro est un “petit blog sans prétention”.
      Merci pour ton passage ici Aurélie!

      • Tellement vrai! Lors de mon invitation au Japon (par un grand magasin quand même) lorsque lors d’un dîner on m’a posé la question ‘MAIS pourquoi il t’invite?’ je me suis entendu répondre ‘Pour montrer un peu ma marque, mes créa, faire quelques petites illustr’ en démonstration’.
        Alors que en vrai j’aurais pu dire pour rester dans la réalité:
        Un grand magasin type Galeries Lafayette m’invite tous frais payés à l’autre bout du monde car ils pensent pouvoir faire un carton avec mes créations sur lesquelles ils ont totalement flachés. Ils ont même organisé une séance dédicace por les fans!
        Allez les filles :) !!!

        • A ha!!! Je ne me moque pas hein, je lutte contre ça moi-même donc je compatis <3 "un peu" et "quelques" font partie de la liste maudite!

          Alors tu vas au Japon?

          BRAVO NATACHA!!!!

          • J’y suis allée en mars! C’ était génial :) Je souhaites vraiment à toutes les créatrices de vivre un moment aussi agréable. Tellement de jolies choses partout partout partout (dur pour la CB) et ils apprécient beaucoup le fait main et tout ce qui est créatif en général, c’est très mis en valeur. J’ai eu des clientes qui sont revenues après quelques jours pour me montrer comment elles portent mes bijoux, avec quelle tenue, incroyable!

  • Merci Selma ;)
    J’utilise souvent petit, mais j’essaie de le retirer dès que je m’en rend compte !! J’avais déjà lu un article qui traitait de ces mots qui nous font du tord ^^
    Et pour la boutique, j’ai passé le pas cette année, je ne sais pas si elle fait plus pro que mes autres boutiques via les plateformes, mais elle me ressemble plus ;)

    • Plus on y fait attention, plus on y arrive! Est-ce que l’article dont tu parles concernait Twitter?

      • je ne sais plus où je l’ai lu, mais pas Twitter c’est sûr ;)

  • bonjour Selma,

    mince alors, Bykiki, ça ressemble à un diminutif non ? j’ai essayé de changer de nom mais mes clientes l’adorent, elles ont protesté, hihihi….

    • Comme dirait Ford “si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils m’auraient demandé des chevaux plus rapides” ;-)

  • Bravo Selma, encore un article qui tombe à pique. Ouf , pas de mots de la liste noire chez moi, le mot UNIQUE par contre ne me choque pas dans la mesure ou il valorise à mon sens une création si derrière on explique pourquoi il est unique . Le nom de ma boutique cela fait des années que je cogite dessus pour le “jour ou je me lancerai”.
    Après ce qui ne fais pas prof ce sont aussi les noms de boutique avec les numéros de département NINIE95 ; SOPHIE83 par exemple… et aussi les photos de présentation où l’on voit la créatrice avec ses enfants ou ses animaux…

    • d’accord également avec cette remarque ;)

      • Oh la la, OUI : les numéros de départements ou les dates de naissance, ça ne le fait pas du tout!
        Le mot “unique” n’est pas choquant mais il est à double tranchant…donc ça dépend comment il est employé :-)

        • Alors pour parler de ce mot “unique” que l’on voit partout et à toutes les sauces, personnellement, je ne le met jamais dans mes fiches car je préfère parler de quelque chose de “personnalisé”, de “sur-mesure” ou de “petites quantités”.
          Le mot “unique”, je ne le regarde même plus dans les descriptifs, pour ma part, il est utilisé à tord et à travers…

  • Bonjour Selma,
    Merci pour ce billet qui à chaque fois se révèle très utile pour nous ouvrir les yeux sur notre travail.
    Je n’utilise pas le mot petit, mais probablement d’autres nuances dévalorisantes pour parler de mon travail, je vais relire mes descriptions plus en détail.
    Il et vrai que des fois j’emploie le terme, petit tailleur de jour pour décrire un ensemble. Qu’en est il pour (la petite robe noire) c’est assez répandu comme appellation, et je vais sortir une collection petite robe noire.

    • Aaaa! Et bien “tailleur de jour” peut remplacer “petit tailleur de jour” pour commencer! D’une manière générale, je proscris le mot petit : il y a sûrement un mot qui correspond d’avantage à tes robes noires!

      • bonjour Rosy
        par contre sue le terme petite robe noire, je ne vois pas le probleme, dautant que cette reference est vraiment inscrite dans l histoire de la mode et est tres repandue!

        • Oui, justement, c’est pas le top pour faire la différence, hi hi ;-)

  • Pertinentes remarques !
    Un regard extérieur et pro est absolument indispensable.
    Merci

  • Pas de mots de la liste noire chez moi.
    Encore un article bien vu qui parle de l’importance de la communication autour de nos articles. Merci Selma.
    Je rajouterai qu’il est très important – vital, même si l’on veut durer et se faire reconnaître en tant que professionnel (le) – de connaître sa clientèle.
    Pour pouvoir s’adresser à elle dans les termes appropriés.
    Mon expérience d’agent immobilier (dans une autre vie) m’a beaucoup aidée en cela et je retiendrai une règle de ce passage professionnel : Il faut toujours être au même niveau que son client, légèrement en-dessous !
    Ce qui signifie adopter un discours qui colle au plus près de lui, de sa demande, et du coup le fait se sentir en confiance face à un commerçant qui aura compris ce qu’il désire.
    Pas facile au début, mais avec un peu de bon sens on y parvient.

    Ah, et surtout jamais Ô grand jamais, tutoyer son client !!! ;)

    • Et le client qui nous tutoie ? non plus ?

      • Si c’est un ami OK
        Mais sinon, NON ! Je réponds par le vouvoiement.
        Tout est question de sensibilité : si vous sentez qu’il sera plus à l’aise avec le tutoiement, pourquoi pas.

        • flo-déco

          Tout à fait d’accord avec cette analyse : il est indispensable de maintenir une distance avec son client ! histoire de bien cadrer les choses, afin que chacun reste à sa place.
          En cas de problème, cette distance est primordiale !

          • Alors la règle du vouvoiement je l’ai longtemps suivie…et puis je l’ai mise au placard il y a quelques mois : ça m’allait au début, mais maintenant je préfère vraiment tutoyer mes clientes :-)

            En cas de problème, le vouvoiement n’est pas forcément utile…et de toute façon je ne suis plus à l’aise avec :-D

          • Tout à fait d’accord.. mais je crois que c’est aussi l’influence anglo-saxonne qui nous déteint dessus et après on n’arrive plus à revenir en arrière… ;-) Ce que j’aime en Amérique du Nord, et autres pays genre Australie/NZ, c’est la façon dont tout le monde te traite d’égal à égal dès le départ, et pas “tu fais quoi dans la vie, ah, du tricot ? Tu es moins importante que moi, avocat” ;-)

    • pour répondre à l’atelier carré je crois que le secret – en fait pas si secret que cà !- c’est de répondre à un besoin du client quitte à le créer ce besoin ! et à y mettre un peu de soi quand même puisque c’est ausi ce que recherche l’acheteur !
      halala pas facile !
      et bien sûr être respectueux des choix goûts et couleurs du client … même si il a des goûts discutables à nos yeux !

  • bonjour selma, boujour à tous,

    dans l’article il y a ecrit “un extrait de la liste noire” ça veut dire qu’il y a un article avec une liste exaustive?
    si c’est le cas je ne l’ai pas trouvé… dans le mail tu parles aussi de la liste mais le link amène à ce post…

    • Je publie un extrait ici, mais il n’y a pas d’article avec la liste exhaustive : je garde le reste pour mes clientes, hé hé!

  • Très bon article, je plussoie !!

    Mais argh, j’utilise tout le temps le mot “petit” !!! bon par contre, pour la description de mes bijoux sur le site, j’utilise toujours des mots valorisants (même si parfois j’ai l’impression de me la péter un peu, j’essaie de faire envie au client ^^).

    Je veux bien la liste noire entière aussi ;)

    Merci pour cet article !!!
    A bientôt <3

    • Et bien quand on a pris l’habitude de se cacher un peu, on se sent vachement mieux quand on commence à “se la péter un peu”, non? A assumer en tout cas! Bonne continuation!
      P.S : pour la liste noire intégrale, j’ai répondu ci-dessus ;-)

      • Merci pour ta réponse – aya ça me tente bien une formation avec toi ! peut-être après Septembre !

        Mais oui, tu as raison, on oublie souvent de se valoriser ! ça m’est arrivé plusieurs fois que quand des personnes me demandent ce que je fais dans la vie, je bafouille … Hum, pas terrible. D’ailleurs il faut que je travaille mon Elevator Pitch. Sans dire “petit” ;)

        • J’ai ce défaut aussi, je bafouille car déjà les 3/4 des gens ne comprennent pas mon métier de base qu’est l’infographie et maintenant… je leur parle de carterie… ils ne voient même pas de quoi je parle ! et quand je dis “décoration d’évènements familiaux”, là, je l’ai ai enterrer à coup de hache ^^ je finis par leur dire en voyant leur visage se décomposer que je fais “du faire-part et de la décoration de mariage”… c’est très réducteur… mais au moins, ils comprennent…

  • tu as raison sur toute la ligne.

  • Bonjour Selma, je suis tout à fait d’accord avec toi. Une posture de chef d’entreprise, c’est essentiel pour bien vendre ET se faire plaisir ! Un sacré challenge que supprimer de l’horizon ce mot qui change tout : “petit”. Je demande souvent à mes clients qui auraient (soi-disant) une “petite” entreprise, de “petites” idées, etc : et vos clients, ils sont “petits” alors ? D’un coup, ça fait tilt ;-)
    Merci pour cet excellent article sur l’importance des mots.

  • comme je suis d’accord avec cet article!! d ailleurs sur ALm , la 1ere chose qui m ennuie c est de voir ces termes là.. bricoles/bidouilles etc.. mes ptites creas.. C est d ailleurs assez impressionnant le nombre de boutiques qui incluent cela dans leur nom: ‘les bricole d unetelle’, ‘machin fait des bijoux’ .; c est clair que ca ne fait pas pro, moi ca ne me donne pas envie d acheter!

    Pour ce qui es du changement de nom: cette année, apres 2 ans d existence sous lucietralala, ma marque est devenu Lucie sans chichi . c a a été un peu compliqué au niveau référencement, mais pour la clientele cela n a rien changé. de toute facon je n avais pas le choix, apres avoir pris une avocate pour me conseiller dans les depots de marque et modeles, cela m a été conseillé pour éviter tout probleme de similitude phonétique.

    • Oui! Et comme il a été souligné dans un commentaire du dernier article sur ALM : a “little”, mais pourquoi “little”? Arg!
      ;-)

      • ABigMarket, ça sonne moins bien, c’est peut-être pour ça ;)

        • une similitude avec la chanson : I go to the market mon petit panier sous mon bras peut-être ? :))

  • Bonjour Selma
    Comme toujours article pertinent, je vais vérifier mais je ne pense pas utiliser les mots “petit” ou dévalorisant pour mon travail, par contre unique oui ! parce que je ne fais pas 2 fois le même modèle, par contre oui je suis à court d’idées pour qualifier mon travail, j’ai nettement plus facile lorsque je suis face à la personne sur un marché par exemple, par écrit je ne trouve pas les mots pertinents! et j’ai l’impression de me répéter!
    Alors les conseils des professionnels de la communication sont les bienvenus!!
    Merci encore Selma

    • Merci Anne!
      Il ne te reste plus qu’à noter ce que tu dis à une cliente sur un marché, vite vite, juste après qu’elle soit partie, pour ne pas oublier!
      Cela dit, unique, quand c’est une pièce unique ce n’est pas la même que de l’utiliser comme terme bateau :-)

  • Bonjour Selma, merci pour cet article !
    Je suis bien attrapée !!! Je suis réalisatrice, un des 4 fondateurs de C’est magnifique, structure de production de films d’animation. Pour C’est magnifique, je monte régulièrement des dossiers de réponse à des appels d’offre, dans lesquels je traque les mots dévalorisants (ça a l’air de fonctionner puisque nous en gagnons !). De plus, j’enseigne une vingtaine de jours par an dans une école supérieure de réalisation numérique la création et le développement de concepts, cours dans lesquels je pousse mes étudiants à présenter dans leur dossier le meilleur d’eux-mêmes (je traque les négations et autres hésitations dépréciatives).
    Hier soir, je cherchais un sous-titre à la boutique Etsy que je mets en place pour proposer des objets dérivés des créations de C’est magnifique, et je mets quoi ? “La petite boutique de C’est magnifique” ! Pfff…
    Tu m’as coupé l’herbe (la mauvaise) sous les pieds !!! Merci !!

    • Excellent! Je suis ravie alors :-)
      Bonne continuation Anne!

      • Bon, voilà, j’ai appliqué ton précepte à la lettre : reverser la vapeur ! Et ce sera donc “La magnifique boutique de C’est magnifique “. Ahhhh ! ça va mieux en le disant ;-)

    • Merci pour ton témoignage, et bravo pour ce que tu fais :)

      • Bonjour Loïs ! Je ne sais pas trop si ton commentaire s’adresse à Selma (et tu as bien raison de la féliciter, ce qu’elle écrit est super !), ou à moi (et là aussi tu as bien raison, ce que nous faisons chez C’est magnifique est super !). Plus sérieusement, merci de ton commentaire ;-) Bravo à toi pour ton site et tes créations ! Quel boulot !!!

  • Ce sont des mots que j’évite d’employer (ça doit bien m’échapper de temps en temps) justement parce que les lire m’agacent. J’adore lire des blogs, ceux qui m’inspirent, me stimulent. Pas les “ptits” blogs “sans prétention”, qui me donnent l’impression qu’ils n’ont rien à m’apporter sinon des “bricoles”.

    Que je sois bien comprise, je ne suis pas en train de mépriser les blogs qui ont peu de visiteurs ou quoi que ce soit du genre. Au contraire, un blog avec peu de visiteurs (comme le mien -_-) qui ne contient pas tous ces superlatifs d’infériorité sera toujours à mes yeux plus attrayant que l’inverse.

    Bref, super article. Merci, Selma.

  • Bonjour les filles.
    Bravo Selma pour souligner cet aspect non-négligeable que nous avons tendance à faire inconsciemment ou non.
    Que ce soit notre attitude ou notre langage, nous exposons à la vue de tous un certain malaise.
    J’en ai eu plus d’une fois fais la preuve lorsque je participe à des concours de caricature sur internet.
    Les gens aiment ce qui est gagnant.
    J’irais jusqu’à dire ici, que les gens se collent au succès.
    Une personne a acheté une de mes caricatures en autre, parce qu’il savait que qu’elle avait obtenue la première grâce lors d’un challenge.
    Une autre personne est venue me serrer cordialement la pince quand elle a su que c’était moi l’auteur de ces caricatures gagnantes.
    Plusieurs d’entre elles ont obtenus une bonne place lors de ces compétitions mais je ne voyaient pas l’utilité d’en parler ou de l’afficher.
    J’ai compris que c’est moi qui devait me faire une réputation en mettant de l’avant mes bons coups.
    C’est difficile et ça me parait toujours aussi prétentieux mais je me rend bien à l’évidence que ma renommée se fera par ma façon de me présenter.
    De cette manière, j’obtiendrai de plus en plus d’intérêt de la part du public.
    Ne jamais me dénigrer en utilisant un vocabulaire qui discrédite mon travail.
    C’est très formateur de prendre conscience de cet aspect tant au niveau du métier que de sa propre personne.
    Ça fait immensément grandir !!! Le mot petit perd sa place :)

  • flo-déco

    Bonjour à toutes, et encore une fois, merci Selma pour cette analyse pertinente.
    Du coup, “j’ai plus qu’à” (retirer tous les “petite” de ma boutique !). Du travail en perspective.
    Vos idées sont les bienvenues pour remplacer cet adjectif dans “La Petite Boutique de Flo-Déco” (sur ALM) !!!!
    D’avance, merci !

    • Et bien, est-il nécessaire de le remplacer? Tu peux aussi trouver un autre nom, ou simplement supprimer “petit” :-)

    • elle est belle ta boutique ? j’espère sinon faut revoir la présentation et la déco !
      donc : la jolie boutique de Flo-Déco !!! tout simplement !

  • Merci Selma pour ce nouvel article…
    Le “petit” monde de Lilaxel est en train de se transformer en… Lilaxel :-)
    C’est d’ailleurs ce nom là que j’ai déposé à l’INPI, et depuis quelques semaines, je ne communique qu’avec ça. Parce qu’effectivement je trouve que “petit” restreint mon univers ;-)
    Je vais aller relire mes fiches produits, me connaissant, je suis sûre que je peux y appliquer tout de suite tes bons conseils.
    Plus que des mots, ce qui est pour moi rédhibitoire sur une boutique en ligne, ce sont les fautes d’orthographe : je fuis ces boutiques, parce que pour moi c’est le reflet d’un comportement non professionnel :-/

    • Ah! Génial! Lilaxel, c’est mieux qu’avant :-))
      Et oui, c’est vrai que les fautes d’orthographe sont des repousse-clients ;-) A bientôt Adeline!

  • Bonjour Selma,

    Merci encore pour ce bel article qui remet les idées en place, comme toujours, et nous donne encore un peu plus la niaque ! Serais-tu Sainte Selma protectrice des créatrices ? ^_^

    Effectivement je dis souvent “petit” aussi, ou quand une cliente est satisfait de sa commande je lui dis que c’est grâce à elle et ses idées ^^”
    Je viens de constater que mm sur mes fiches produits je parle de “petit” accessoires, je vais rectifier cela de suite.

    Par contre, là où je ne suis pas d’accord c’est ta comparaison avec prestashop. Je me suis fait mon propre site prestashop dès l’ouverture de mon entreprise, actuellement je suis justement en pleine refonte, mon nouveau site sort vendredi et j’ai toujours été très satisfaite. Car même si je ne vends pas assez pour vivre, je vends déjà plus que sur les plateformes spécialisées en création où je ne vends absolument rien =)

    • A ha, j’aime beaucoup l’image de Sainte Selma :-D Et surtout de savoir que mes articles te donnent la niaque (j’adore!!!)

      Pour Prestashop : j’aime beaucoup, je dis que ce n’est pas forcément mieux, mais il y a beaucoup de paramètres qui rentrent en compte.

      Bravo pour cette nouvelle étape!

  • Merci Selma, pour ces précieux conseils. J’avoue être nulle pour me vendre et je n’arrive pas a me mettre dans le crâne que tous le monde n’est pas capable de faire ce que je fait donc je me dévalorise sans cesse. Il faut que ça change ( bonne résolution numéro uno…).

    • ça s’apprend, et la bonne nouvelle c’est que ça vient assez vite quand on s’y tient ;-) Bonne route!

  • Merci Selma pour tes excellents conseils qui comme d’habitude, me poussent à réfléchir et à me remettre en cause.
    “petite” c’est le mot que je dois bannir de mon vocabulaire. Mais j’ai du mal !!! Mon premier blog s’appelle “mes petites créations”, je n’aurais pas pu choisir pire titre. Comme d’autres l’ont fait, j’ai pris ce nom à la va-vite, trop pressée d’entrer dans le vaste monde de la blogosphère. Heureusement, ce n’est pas celui que j’ai retenu pour ma boutique et mon blog professionnel. Mais je sais que les mots de la liste noire sont mon pêché, il faut que j’ose, que je travaille sur la confiance en soi.

    • Merci d’avoir raconté ton évolution! L’idée n’est pas de faire un parcours sans fautes, mais de sciemment éviter de reproduire ses erreurs, donc tu es sur la bonne voie. Bonne continuation!

  • Bonjour Selma,
    Sans doute quelques “petits” à éradiquer dans ma comm’ ;-) mais un point qui m’interpelle particulièrement c’est lorsque tu cites dans les points noirs les boutiques “qui comportent surtout des objets déjà vendus”. Qu’entends-tu par là ? Les boutiques qui ont plus d’objets vendus affichés que d’objets à vendre ou bien que tu déconseilles de laisser en ligne les objets vendus ?
    Hâte de travailler sur tout ça !!
    Belle journée,
    Sonia

    • En fait, ça dépend comment c’est fait tout ça :-) A bientôt Sonia!

  • Droit dans le mille, comme à ton habitude ;-) ! Merci …

  • LaRainetteCoquette

    J’accumule avec mon nom de créatrice : La Rain”ette” Coqu”ette” :/
    Et en plus j’avais mis dans mes présentations : …blabla..bidouille avec ses mimines…blabla..
    Pfff…

    Bon pour ma présentation j’ai fais la modif’…mais pour mon nom.. c’est mort !
    Pis..en plus je le kif moi mon nom :(

    • Rainette et Coquette ne sont pas des diminutifs, donc ça va! Le reste, c’est bien que tu aies modifié :-)

  • ha le mot petit !
    sauf que si c’est vrai que l’on a des petites mains (en vrai de vrai !)
    c’est une expression tellement courante !
    mais c’est vrai que même si on a un petit atelier 10m2 on n’est pas obligée de le dire et encore moins de le marquer !!!
    bon dorénavent je me punis si je dis le mot petit en ne mangeant pas de petit oups bout de chocolat ou de petit gâteau ! voilà c’est dit !
    merci Selma !

    • Mmm, je ne te conseille pas de te punir, il n’y a rien de tel pour culpabiliser : relis toi, décide que tu supprimes ce mot, et si tu le remarques encore dans ton langage, tu lui dis “ah je t’ai vu! mais on ne se reverra pas de sitôt!”

      • Heu Selma c’était un trait d’humour!!! J’en ai à revendre ! … à 2 balles d’après mes grands mioches mais cela fait rire autour de moi donc je continue !!! ;)

        Dorénavant je vais être attentive et remplacer le mot “petit” par des termes plus flatteur : unique-original – parce que ce sont plus des créations uniques que je fais en réalité ! et je n’ai pas très envie de faire de la grande série ! Vite mon dictionnaire de synonymes !
        et merci pour ce que tu fais !

  • Très bon article ! Merci

  • Encore un article que me bouscule dans la rédaction de mes fiches.
    J’ai toujours l’impression de dire 100 fois la même chose… ca me lasse mais je ne sais pas comment le dire autrement !
    Mais heureusement pour moi, je n’ai rien de “petit” dans mes produits même pas mes “petites étiquettes en porcelaine froide pour personnaliser ses cadeaux”… j’ai vérifié ! je l’ai pas mis ! par contre… quand j’ai des clients en face de moi, j’ai tendance à le dire… il va falloir que je tourne ma langue 7 fois dans ma bouche avant de parler maintenant ^^

  • Laurie

    Hi hi Selma ! Ma marque, c’est “Mes Tites Lilis”, en 3 mots, j’ai tout faux ^^ !
    Mais promis, je n’utilise pas ‘petites’ ‘bidouilles’ et j’en passe pour décrire mon travail ! Merci pour cet article et pour le don que tu as de pointer du doigt nos “petites” tics et imperfections !!
    http://www.alittlemarket.com/boutique/mes_tites_lilis-229771.html
    A bientôt !
    Laurie

  • Marie

    Bonjour,

    La lecture de cet article m’a pas mal faite réfléchir moi aussi. Je le savais déjà, mais jusqu’à présent j’avais peur de présenter mon projet aux gens, car je n’arrivais pas à le présenter d’une manière qui me rende fière. J’avais systématiquement honte d’en parler, me sentant ridicule…
    C’est d’ailleurs ce que je disais systématiquement à mes interlocuteurs en début de conversation ” j’ai un peu honte, mais voilà ce que je fais en ce moment”.
    Mon problème était que après des études d’ingénieur, je voyais mal comment justifier auprès de mon entourage ma volonté d’essayer de vendre des accessoires pour femmes cousus mains. Je ne pouvais m’empêcher de m’entendre parler en me trouvant ridicule.
    Jusqu’à ce que je réalise que ce que je faisais actuellement, n’était que la première pierre d’un projet bien plus grand, et dont je pouvais être plutôt fière.
    J’ai donc décidé, plutôt que de parler de la première pierre que je pose actuellement (qui est une étape incontournable mais qui n’est pas une fin en soi), de présenter l’édifice que je compte construire dans le futur, mon objectif à long terme, même si celui-ci doit évoluer avec le temps.
    Plutôt que de dire “je souhaite vendre mes petites pochettes”, je dis désormais “je souhaite créer une marque éthique, qui proposera des accessoires (pochettes, sacs, bijoux, vêtements…) produits de façon responsable (en terme de matériaux, de conditions de travail et de qualité)”
    Pour en arriver là, il faut pratiquer la “stratégie des petits pas”, et donc procéder par étapes, mais ça, pas forcément besoin de le présenter, on peut juste expliquer à quelle étape on en est, quelle est la stratégie qu’on souhaite suivre pas à pas pour arriver au but final, tout en précisant que celle-ci évoluera forcément en fonction de l’expérience accumulée au fil du temps.
    Mon conseil serait donc de présenter le rêve final, le but ultime, “the big picture” avant de parler de l’étape en cours.
    Bonne chance à tout le monde, et un grand merci à Selma !

Leave a Comment

+1
Tweet
Share
Pin
Share