≡ Menu

Pourquoi les chanceux ont de la veine (et comment tu peux faire comme eux)

Richard Wiseman était magicien. Et il s’est rendu compte que pour être un bon magicien, il faut comprendre ce qui se passe dans la tête des gens.

De fil en aiguille, Wiseman devient chercheur renommé en psychologie à l’université de Hertforshire.

Il s’intéresse particulièrement à la chance : est-ce qu’elle existe? si oui, est-ce que c’est un don? une capacité intellectuelle? autre chose?

Ces travaux ont duré presque 10 ans et des centaines de personnes sont passées par son labo, les résultats sont passionnants!

Si tu veux accroître ta chance au niveau personnel et professionnel, découvre comment faire dès aujourd’hui!

L’équipe de recherche de Wiseman a tiré 4 grands constats de leur décennie de travaux.

C’est parti!

Constat n°1 : Les gens chanceux créent, remarquent et utilisent les opportunités

  • Les personnes chanceuses construisent et entretiennent un solide « réseau de la chance ». Elles sortent plus, rencontrent plus de gens, gardent le contact….et inversement pour les personnes se considérant malchanceuses, qui se révèlent introverties et plus solitaires.
  • Le langage corporel des « chanceux » attire donc les personnes qu’ils rencontrent : les personnes participant à l’étude ont été filmées. Des psys visionnent ensuite les films, sans savoir lesquelles de ces personnes se considèrent comme chanceuses ou malchanceuses. Ils comptent le nombre de sourires, de contacts visuels, observent les gestes.
  • La différence est frappante : les gens qui se considèrent comme chanceux sourient 2 fois plus que les autres. Leur langage corporel est 3 fois plus ouvert (corps penché vers l’interlocuteur, gestes avec les mains ouvertes, jambes et bras décroisés) pour les « chanceux » que pour les malchanceux.
  • Les personnes chanceuses sont d’avantage ouvertes à de nouvelles expériences : elles ont un score bien plus élevé que les malchanceuses concernant le degré d’ouverture de leur personnalité. Elles aiment les surprises et l’imprévu, alors que les personnes malchanceuses ont tendance à aimer retrouver ce qu’elles connaissent déjà. Inconsciemment, elles se créent donc moins de nouvelles opportunités.

Il y a une anecdote qui m’a particulièrement marquée :

De son expérience de magicien, Richard Wiseman a retenu qu’il y a des choses (et donc des opportunités) qui nous échappent parce que nous sommes concentrés sur autre chose. Pour la recherche, Wiseman demande aux participants de compter le nombre de photos dans un journal.

En fait, tout le monde aurait pu donner la réponse en quelques secondes, car la moitié supérieure de la 2ème page était occupée par un énorme message qui disait « ARRÊTEZ DE COMPTER IL Y A 43 PHOTOS DANS CE JOURNAL ».

Personne ne l’a vu. Personne n’a vu non plus un autre message qui prenait la moitié d’une autre page : « ARRETEZ DE COMPTER DITES AU CHERCHEUR QUE VOUS AVEZ LU CECI ET GAGNEZ 150 EUROS ! »

Pourquoi personne n’a vu les 2 messages? Parce que tout le monde était concentré pour ne pas se tromper en comptant…

 

Voici 3 pistes pour augmenter ta chance en modifiant ton attitude :

1. Force-toi à adopter une attitude physique ouverte : décroise les bras et les jambes, enleve les mains de ton visage, souris!

2. Chaque semaine, engage la conversation avec quelqu’un que tu ne connais pas et qui te semble sympathique.

3. Fais la liste des personnes à qui tu n’as pas parlé depuis un moment. Chaque semaine, prends ton téléphone pour parler 10 min avec une de ces personnes!

Constat n°2 : Les personnes chanceuses stimulent leur intuition

  • Wiseman a élaboré un questionnaire reprenant les méthodes de renforcement de l’intuition (d’après les principaux travaux sur ce sujet), à savoir la méditation, la relaxation, et une pause avant de reconsidérer le problème.
  • Résultat? Il est apparu que les personnes malchanceuses y avait systématiquement moins recours que les autres.

Voici donc un exercice pour apprendre à écouter d’avantage ton intuition :

  • Tu as une décision à prendre, et tu hésites face aux options possibles. Imagine que tu vas voir un vieux sage dans une grotte pour lui en parler. Tu lui fais totalement confiance. Ferme les yeux, vas-y, présente-lui ton problème et tes options, à voix haute. Explique-lui ce que tu ressens.
  • Maintenant, ouvre-les yeux : qu’est-ce que tu lui as dit ? Quelle option te semblait meilleure que les autres ?

Constat n° 3 : Les chanceux s’attendent à avoir de la chance

  • Les personnes se considérant comme chanceuses essaient d’atteindre leurs buts,même si leurs chances d’y arriver sont faibles, et elles persévèrent face à l’échec.
  • Les personnes se considérant comme malchanceuses ont tendance à penser que quoiqu’elles fassent, leur malchance les rattrapera. Les études montrent l’impact désastreux qu’ont ces attentes négatives…

…sur la vie professionnelle : les personnes qui estiment être malchanceuses ont tendance à ne pas à se présenter à un examen ou à arrêter de chercher du travail.

…sur la santé : ces personnes sont plus nombreuses que les autres à subir des cancers, des maladies cardio-vasculaires (car elles prennent moins soin de leur santé puisqu’elles pensent que de toute façon, la maladie les rattrapera).

…sur la survenance d’accidents : il est également apparu que les personnes anxieuses étaient plus susceptibles que les autres d’avoir des accidents, que ce soit au travail ou à la maison. L’anxiété jouant sur la concentration, ce n’est guère étonnant.

Voici un exercice pour gagner en persévérance :

Il n’est pas toujours facile de persévérer dans l’échec. Pour que ce soit moins difficile :

1. Note ton objectif en haut d’une feuille, partage le reste en 2 colonnes.

2. Imagine maintenant que ton objectif est atteint, et écris dans la 1ère colonne tous les bénéfices que tu en tires.

3. Dans la 2ème, écris tous les efforts que tu auras sûrement à fournir pour voir cet objectif se réaliser.

4. Quand tu auras terminé, tu remarqueras que les bénéfices sont potentiellement supérieurs aux efforts que cela va te demander. Tu peux ressortir la feuille dans les moments de découragement!

Constat n°4 : Les personnes chanceuses ont la capacité de transformer leur malchance en chance

  • L’étude a montré que les personnes chanceuses connaissent aussi leur lot de problèmes et de revers. Mais elles se relèvent toujours, comment ? 4 techniques ont émergé de l’étude, j’en retiens 2 ici :
  • Les personnes chanceuses voient le positif dans ce qui leur arrive de problématique : elles ont spontanément tendance à imaginer à quel point le scénario aurait pu être pire et qu’elles ont bien de la chance de s’en tirer avec si peu de dégâts.
  • Elles comparent aussi leurs problèmes avec ceux des gens qui sont dans une situation plus grave. Les personnes malchanceuses ont plutôt tendance à ne voir que leurs problèmes, et à ne voir que ce qui arrive de bien aux autres.
  • Les personnes chanceuses ne s’attardent pas sur leurs problème : quand quelque chose ne marche pas, elles cherchent d’autres moyens d’y arriver.

Place aux techniques pour transformer ta malchance en chance :

  • Apprends à minimiser! Tu as eu un problème? Ce n’est rien par rapport à ce que ça aurait pu être (se tordre la cheville lors d’une chute qui aurait pu vous briser le dos)
  • Adopte une attitude constructive face aux problèmes :

1. Pars du principe que tu peux faire quelque chose.

2. Commence tout de suite!

3. Ecris une liste de solutions potentielles

4. Appelle des amis pour savoir ce qu’ils feraient dans ce cas-là. Rajoute leurs solutions à la liste.

5. Choisis ce par quoi tu vas commencer. La solution peut prendre du temps, et peut se trouver par tâtonnements. L’important est de se concentrer sur la solution plutôt que sur le problème.

L’école de la chance

  • Ces 8 ans d’études ont révélé que la chance n’est pas un don, mais un état d’esprit. Qu’une vie placée « sous le signe de la chance » pouvait en fait s’expliquer par 4 grands principes psychologiques.
  • Mais le chercheur Richard Wiseman ne s’estimait pas encore satisfait : il décide donc de lancer un nouveau projet, pour savoir s’il est possible d’aider les gens à être plus chanceux en leur apprenant à ce comporter comme une personne chanceuse.
  • Chacun, malchanceux ou chanceux, commence un journal de bord spécifique et remplit les questionnaires élaborés pendant le 1er projet. Chacun s’engage aussi à mettre en pratique les exercices et techniques proposés.
  • Les résultats, 4 semaines après : les grands malchanceux estiment au bout de 4 semaines que leur vie a changé du tout au tout, dans tous les domaines : famille, amis, santé, travail…leur degré de satisfaction, au ras des pâquerettes, frôle les 85% après 4 semaines de pratique. Et les chanceux estiment qu’ils le sont encore plus!

La chance n’a donc rien à voir avec un don, une prédisposition ou de la superstition.

  • En appliquant ces exercices, tu peux te créer des opportunités et te trouver d’avantage au bon endroit, au bon moment.
  • Pour encore plus d’exemples, d’explications, et de techniques, je te recommande vivement de lire le livre, il existe en français (lien non affilié).
{ 3 comments… add one }
  • billet très intéressant!

    je considère que je fais partie de la catégorie des gens qui se sentent chanceux. Je suis consciente du fait que c’est surtout une question de positionnement et d’état d’esprit.
    j’ai tendance à voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide et suis souvent dans une optique positive vis a vis des difficultés. Je suis persuadée que rien n’arrive “par hasard” mais qu’on se donne les possibilités par nos actions ou “non actions”.

    merci encore

    • Apolline

      Merci! Je suis bien d’accord avec toi :-) D’ailleurs, je trouve ça moins difficile de positiver que de voir le verre à moitié vide :-) A bientôt!

  • Les évidences sont parfois bonnes à dire !!
    C’est rigolo, car je me reconnais dans les 2 !
    A certaine période de ma vie, j’ai été chanceuse et à d’autre malchanceuse !
    Et effectivement, dans la phase chanceuse, j’étais très ouverte, j’enfonçais toutes les portes et gagnais grâce à mes actions !
    Et les rares périodes malchanceuses (ce qui ne me ressemble pas du tout, et que j’ai donc eu beaucoup de mal à gérer), j’étais renfermée sur moi même, ne voyais que mes problèmes et évidement ne trouvait aucune solution !
    Aujourd’hui retour à la oral… et qu’est-ce que c’est mieux !
    Du coup j’ai fait suivre le lien à une personne que ça pourrait aider !!

Leave a Comment

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez