7 conseils pour prendre le volant - Selma Païva

Cette année, j’ai atteint mes objectifs. Plus tôt que prévu. Plusieurs mois plus tôt que prévu. Étonnamment, c’est assez déroutant, et ça implique de faire une pause, de prendre le temps de réfléchir.

Au moment du bilan, je me suis demandé : qu’est-ce que j’ai fait différemment?

J’ai observé l’importance des détails, des petites choses :

finalement, il en faut relativement peu pour être beaucoup plus efficace.

Pour prendre le volant au lieu de rester sur le siège du passager.

Conseil n° 1 : fixe-toi des objectifs en dehors du travail

  • Ça n’est pas très glamour, de se fixer des objectifs dans la vie privée? Peut-être. J’ai arrêté de me poser cette question parce que j’ai remarqué que dans le tourbillon de la semaine, je ne trouvais pas de place pour ce que je n’avais pas prévu.
  • Passer du temps de qualité avec mes enfants est un vrai choix, qui implique de terminer de travailler à 15h45 dernier carat (sortie des classes à 15h55), d’être présente mentalement pendant le goûter, le bain, la préparation du dîner.
  • Passer du temps en couple, c’est toute une organisation qui requiert un budget et la mobilisation d’autres personnes (baby sitter, famille…). Je m’y étais prise vraiment à l’avance cette fois, pour partir à 2 au soleil en Novembre. Palmiers, sable et tapas : des vacances!
Se fixer des objectifs dans la vie privée...glamour ou pas ? #entrepeneur #réussirClick to Tweet
  • Me concernant, mon 1er objectif était de m’accorder des pauses : difficile de trouver un moment dans la journée pour lever le nez du clavier, car le travail n’est jamais terminé! Alors maintenant, je commence par la pause : tous les matins, après avoir déposé les enfants. Comme je travaille tôt, avant de les réveiller, je suis détendue quand je rentre de l’école. Il est 8h45, et j’ai une bonne demi-heure pour boire un café et méditer. Il m’est arrivé de zapper cette étape pour essayer de rattraper un coup de bourre : mauvaise idée. Je travaille moins bien toute la journée.
  • Pour la suite : je veux dormir plus. Et faire du sport : j’hésite entre la Zumba et le Pilates – mais l’un ou l’autre, j’ai besoin d’une activité pour compenser l’immobilité et me sentir physiquement dynamique (Maintenant que c’est publié, je suis vraiment obligée d’appeler le studio!).

Conseil n°2 : écris

  • J’ai beau passer du temps à choisir mes objectifs et à les répartir, je me suis rendue compte qu’au bout de quelques jours, je ne me souvenais plus de mes objectifs à moyen/long terme. Qu’est-ce que j’avais choisi, déjà? Qu’est-ce que j’avais mis de côté, finalement?
  • C’est facile d’oublier ce qui est le plus important, surtout qu’inconsciemment (ou parfois très consciemment!) on a peur de le faire.  Or c’est plus facile de faire ce qu’on a à faire au jour le jour quand on s’en souvient, tout simplement.
C'est si facile d'oublier le plus important...n'est-ce pas ? #entrepreneur #réussirClick to Tweet
  • Donc bien sûr, écris tes objectifs. et maintenant recopie-les tous les jours (honnêtement, je le fais un jour sur 2, mais si mon but était de les écrire un jour sur 2, je ne le ferai probablement qu’une fois par semaine). Toujours est-il que maintenant je n’ai plus à me creuser la tête pour me souvenir de ce que je veux atteindre.
  • En bref : c’est plus facile de vaincre sa résistance, de choisir sur quoi travailler en priorité, et de se féliciter quand on y arrive, si on a bien en tête ce qu’on voulait atteindre : recopie tes objectifs tous les jours (même griffonnés, ça marche aussi), et modifie-les quand c’est nécessaire.

Conseil n°3 : creuse

  • Sais-tu réellement pourquoi tu veux atteindre ces objectifs-là? Il ne s’agit pas de se fixer de bonnes résolutions. si c’est quelque chose que tu es “censé(e) ” faire, mais qui ne suscite aucun enthousiasme chez toi, tu vas laisser tomber. alors : pourquoi tu as envie de le faire? Pourquoi c’est important pour toi? Pourquoi veux-tu atteindre ce que tu rêves d’atteindre dans les 6-12 prochains mois? Qu’est-ce que ça va te permettre de concrétiser? Quelle étape tu auras franchie? Comment ça va se traduire? Qu’est-ce que tu vas ressentir quand ce sera fait?
  • Autorise-toi à rêver, écris : parce que franchir la ligne d’arrivée sera d’autant plus gratifiant, et parce que tu éviteras l’insatisfaction chronique. Et oui : comme on avance un pas après l’autre, on perd graduellement de vue notre point de départ, et on a l’impression de ne pas avancer.

Bonus : retrouver la page datée sur laquelle tu as écris pourquoi tu voulais concrétiser un objectif, et ce que tu ressentirais quand tu l’atteindrais est un moment…extraordinaire!

Conseil n° 4 : visualise

  • On peut avoir du mal à penser à ce qui nous tient vraiment à cœur et qui est en dehors de notre zone de confort : peur d’être déçu, de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur.
  • Pourtant, visualiser notre journée idéale aide. Dans 3 Kifs par jour, Florence Servan-Shreiber revient sur des études qui ont montré la différence de performance / d’humeur entre ceux qui ont visualisé leur journée idéale, et ceux qui ne l’ont pas fait.
  • Pourquoi ça marche? Parce que visualiser ce que l’on souhaite nous met de bonne humeur : nous sommes dans de meilleures dispositions, nous travaillons avec plus de créativité.
Pourquoi visualiser impacte l'auto-efficacité #entrepreneur #objectifs #réussirClick to Tweet
  • Comment ça marche? Stephen Kosslyn, de Harvard, a montré en 1994 que ce sont les mêmes neurones qui s’activent quand on fait quelque chose que quand on l’imagine. Du coup, projeter ce que l’on veut concrétiser permet de se familiariser avec cette situation et de gagner en auto-efficacité (L’auto-efficacité, c’est le sentiment d’être capable de réaliser une tache et l’efficacité c’est le fait d’avoir les compétences nécessaires).

Conseil n° 5 : élague

  • Quand on a le nez dans le guidon (chaque jour, donc), on ne voit pas la différence entre l’urgent et l’important. On est moins bien armé pour faire des choix quand un contre-temps ou une opportunité se présente.
  • D’où le succès des to-do lists – qui ne sont pas toujours efficaces, n’est-ce pas? Sur la mienne, j’ai maintenant 1 à 3 points par jour. Basta.
  • Cherche ce que tu pourrais supprimer de ta liste en délégant graduellement : la livraison des courses, le ménage, la gestion de ta boîte mail pro, tes visuels… le suivi de tes ventes, de ton service client?

Conseil n°6 : neutralise le gardien de ta zone de confort

  • Quand on ne fait pas ce qui est important pour soi, on ne reste pas à la même place : on recule. Parce que le monde est en mouvement permanent. Parce que nous enfants grandissent, nos conjoints évoluent, nos amis aussi. Pourtant, ce n’est pas facile d’évoluer, de passer outre la petite voix qui nous met en garde dès que nous approchons de la frontière de notre zone de confort.
  • Tara Mohr conseille de considérer cette petite voix comme le gardien de la zone. Il veut que nous restions en sécurité, et que nous ne prenions pas de risque. Donc dès que nous nous approchons de la frontière, il fait son job : “Attention! Et si tu n’étais pas à la hauteur? Recule! Tu n’es pas prêt-e! Et franchement, ton idée n’est pas vraiment intéressante“.
Comment neutraliser le gardien de sa zone de confort ...qui n'est pas si confortable que ça ^^Click to Tweet
  • Alors, comment faire? Tara recommande de lui donner une identité : imaginer à quoi il/elle ressemble, et lui donner un nom (ou un surnom), choisir 5 adjectifs qui lui vont. Quand il/elle se fait entendre, surtout ne rentre pas dans la discussion avec lui. Tu peux simplement fermer les yeux, l’imaginer mentalement, et lui expliquer “Ecoute, Machin, je te remercie de faire ton travail, mais là vraiment j’ai du pain sur la planche et je n’ai pas besoin de ton aide”. Pas de dispute, d’argument ni de contre-argument : juste accepter, que comme tout le monde, nous devons supporter le gardien de notre zone de confort…et le remettre à sa place.

Conseil n°7 : calcule le coût de l’inaction

  • Prends un moment pour bien te projeter dans l’éventualité où tu ne ferais pas ce qui te fait peur : envoyer ce mail, passer ce coup de téléphone, lancer ce nouveau produit ou service, calculer des prix rentables.
  • Si tu ne le fais pas aujourd’hui, demain, chaque jour : où est-ce que tu en seras dans 1 an? 5 ans? 10 ans? Dans ta vie pro, perso : comment tu te sentiras?

“Rappelle-toi : c’est l’ennui terminal qui est l’ennemi.”

Tim Ferris

Maintenant c’est à toi!

Qu’est-ce qui a bien marché pour toi, les 12 derniers mois?

Et pour les suivants : qu’est-ce que tu vas te fixer comme objectifs en dehors du travail?

Author Details

Je m’appelle Selma Païva. Je suis l’auteure du livre “Internet est une table pour deux, le marketing autrement”. Je forme + conseille + accompagne les entrepreneurs au niveau de leur marketing de contenu sur selmapaiva.com

Au programme – email marketing, copywriting, blogging, storytelling… ou l’art de manier les mots pour construire des séquences de mails dignes d’une série Netflix. Des articles qui captivent ta communauté . Des landings pages qui convertissent tes visiteurs en prospects. Et des pages de vente qui donnent envie d’acheter !

Commence par mes 10 micro-leçons d’email-marketing ici. Elles sont gratuites. Et spécialement conçues pour une relation durable et riche avec tes abonnés :-)

7 conseils pour prendre le volant
183 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez