Comment faire une bonne newsletter : 7 erreurs à éviter !

Il est moins “hype” qu’Instagram et Pinterest, plus vieux que Facebook. Il a l’air aussi frais qu’une momie à côté de Périscope, et il ressemble moins à une baguette magique que le référencement – forcément : le mail a un profil de dinosaure !

Pourtant aujourd’hui, les statistiques emailing montrent qu’il n’y a rien qui lui arrive à la cheville en terme de visibilité, de ventes réalisées, de retour sur investissement : le mail reste notre outil de prédilection aussi bien pour travailler qu’échanger, il se taille la part du lion dans la com et la vente en ligne.

MAIS écrire une bonne newsletter, c’est la partie cachée de l’iceberg.

Comment faire une bonne newsletter : la partie cachée de l’iceberg

  • Le courrier a évolué depuis Jules César- mais pas tellement. Electronique ou non : on ne peut pas le présenter comme un outil révolutionnaire – ça fait même quelques centaines d’années qu’il a perdu l’attrait de la nouveauté ! Alors c’est plus facile de faire croire aux entrepreneurs que pour être visibles ils ont besoin du dernier réseau, de la dernière tactique à la mode.
  • Et puis le mail, c’est la partie cachée de l’iceberg, l’huile de coude, le travail en coulisses : c’est tout sauf de la poudre aux yeux. On ne cherche pas fébrilement à s’adapter à un algorithme, à comprendre à une nouvelle interface, un nouveau réseau. On fait ce qui marchait déjà au temps des pigeons voyageurs : on envoie un message directement au destinataire !
  • Car le vrai pouvoir du mail, c’est qu’il permet concrètement de transformer Internet en une table pour 2. Il rend tout plus efficace, même les réseaux : si la conversation est ouverte et communautaire sur Facebook / Twitter / Pinterest / Instagram : ça reste de la surface.
Le mail rend tout plus efficace : les blogs comme les réseaux sociaux ! Click to Tweet
  • Pour s’épanouir, s’étoffer, une relation humaine a besoin de se développer en tête à tête, et surtout en privé : grâce au mail, tu peux transformer tes admirateurs passifs et clients occasionnels en clients récurrents – tu entres dans la zone où la magie opère.
  • Parce que les abonnés, les clics, les likes, même le trafic – tout ça c’est sympa, mais après ? Comment les traduire en séances réservées, en demandes de devis, en commandes ? Par mail. Le meilleur moyen de ne pas perdre son temps avec les réseaux sociaux et le référencement, c’est de les utiliser en complément de la com par mail, en accordant la priorité au gâteau : le mail, sinon on collectionne de jolies cerises coûteuses, et sans grande utilité !

Maintenant bien sûr, un outil reste un outil !  Si on s’en sert mal, ça ne fonctionne pas comme on voudrait – dans ce cas là, on a 2 choix : tirer sur le pianiste, ou retrousser ses manches. Alors allons voir 7 erreurs qui plantent la com (et la vente) par mail – ou comment faire une bonne newsletter.

C’est parti !

Erreur n°1  “Inscrivez-vous à ma/notre newsletter !” (variantes : téléchargez mon ebook, ma série de 3 vidéos, frais il est frais mon poisson !)

  • Tu as envie de t’inscrire à une newsletter toi ? Moi non plus. Le mot “newsletter” a lui seul provoque un mouvement de recul : nous nous sommes tous fait spammer de mails que nous n’avions pas demandé à recevoir et dont nous ne pouvions pas nous désabonner !
  • Personne n’a envie de recevoir une lettre d’information de plus, un ebook de plus, une vidéo de plus – en revanche, nous sommes tous à la recherche de quelque chose que nous allons adorer recevoir + lire + partager. Si tu me suis, c’est parce que tu sais que tu ne vas pas recevoir de ma part des évidences toutes faites : ce que je t’envoie va te surprendre, t’agacer, t’inspirer, te motiver – grâce à moi, tu progresses, et ton activité avec toi !
  • Et toi ? Pourquoi est-ce qu’on te lirait ? Demande-toi : qu’est-ce que tu nous apportes ? Qu’est-ce que tu nous apprends ? Qu’est-ce qui change, grâce à toi – dans notre environnement, nos relations, nos perceptions – y compris la perception que nous avons de nous-mêmes ?
Warning : personne n'a envie de recevoir un mailing de plus, un ebook de plus, une vidéo de plus !Click to Tweet

>>> A faire : écoute, mais écoute VRAIMENT tes clients. Fais les parler, et prends des notes pour mettre des mots sur leur vécu avant ton travail et toi, et leur vécu après : qu’est-ce qui a changé ? Utilise les mots de tes clients pour expliquer ce que te suivre va leur apporter.

>>> Un exemple ? Flora, pionnière en image de soi, et son guide “Je sais ce qui me va – Apprenez à repérer les fringues qui ne vous vont pas et arrêtez de sacrifier votre personnalité”.

Erreur n° 2 – ne pas écrire comme une vraie personne

  • Quand tu envoies un mail à ta liste des clients, tu sais qu’il y a 50 ou 5000 abonnés, et tu penses à eux comme à un groupe ? Sauf que chacun est seul devant son écran (comme toi en ce moment). Du coup si tu penses à un groupe de personnes quand tu écris, ça ne fait pas naturel, et on ne sent pas concerné individuellement par ce que tu écris.
  • Donc écrire un mail, c’est VRAIMENT écrire un mail. Oublie le jargon professionnel, les tournures formelles : quand tu travailles avec tes clients, à part les gros mots (et encore :-D), tu parles comme dans la vie de tous les jours n’est-ce pas ? Continue comme ça par mail.
'La réalité, c'est qu'on a envie d'être en contact avec d'autres humains' #EmailMarketingClick to Tweet
  • Si tu as du mal, je comprends parce que je suis passée par là en pire : ma formation initiale, c’était dans une école de communication interculturelle. Avec focus sur le Grévisse, les normes de l’Académie Française, et 6 points en moins pour une faute d’orthographe. Je suis ressortie de là super cultivée (gratitude infinie), mais côté écriture ça m’a bloquée pendant des années !
  • La réalité, c’est qu’en tant qu’être humain, on a envie d’être en contact avec d’autres humains – pas des marques, pas des entreprises : des gens. Internet est une table pour deux, again.

>>> La prochaine fois que tu écris un mail : mets au-dessus de ton écran un post-it avec le nom de 3-5 client-e-s préféré-es. Au lieu de penser à tes abonnés comme à un groupe, écris ton mail pour chaque nom sur le post-it . VRAIMENT.

Erreur n°3 – ajouter des personnes qui n’ont rien demandé

  • C’est la PIRE erreur à faire. Tout le monde dit “Ah non ! Moi, je ne rajouterai jamais personne à ma liste sans avoir demandé la permission”. Pourtant, je reçois toutes les semaines des mails de personnes qui me rajoutent à leur liste de diffusion alors que je n’ai rien demandé:-/
  • Le fait d’avoir le mail de quelqu’un, de connaître cette personne ou d’avoir déjà travaillé avec ne donne pas le droit de l’inscrire sur sa liste de diffusion.

Y COMPRIS quand cette personne est venue à un des événements que tu organises.

Il/elle a acheté son ticket pour ta conf sur Eventbrite ou Weezevent et tu l’ajoutes à ta mailing list sans l’avoir vraiment prévenue ?  

Pour l’amour du ciel et du webmarketing : arrête.

L’info en tout petit sous la réservation ne compte pas.

Je suis toujours pas mentalement ok pour que tu m’ajoutes à ta mailing list.

Au moins préviens moi quand on est en live et dis-moi que j’ai la possibilité de me désinscrire sans problème.

Si tu passes outre,  il y a 2 possibilités : soit on t’envoie direct dans les spams.

Soit on n’ouvre pas tes mails.

Dans les 2 cas, on ressent une émotion négative chaque fois que tu envoies un mail – ce qui est bien le dernier impact que tu veux avoir n’est-ce pas ?

  • Donc ne te laisse pas leurrer par le nombre de personnes sur ta liste : si ce ne sont pas des personnes qui ont expressément demandé à y être, elles comptent pour du beurre. Pire : ça plombe tes stats d’envoi. Pourquoi ? Parce que les fournisseurs de services mails pro font le maximum pour décourager les spammeurs. Donc si tes mails sont moins ouverts que la moyenne, qu’ils partent plus en spam ou qu’il y a plus de désinscriptions : tu risques de te faire virer.
  • Le génialissime Seth Godin appelle ça “le marketing de la permission” :

Le marketing de la permission, c’est le privilège (et non le droit) d’envoyer des messages qui sont attendus, personnels, pertinents à des personnes qui ont envie de les recevoir.

– Seth Godin

>>> A faire : tu connais quelqu’un qui pourrait être intéressé par ton travail ? Donc tes mails vont lui apporter quelque chose, il/elle va aimer les lire ? Propose-lui de rejoindre ta liste de diffusion. C’est une invitation : tu as besoin de sa permission !

Erreur n°4  – faire des envois trop espacés

  • S’il n’y a pas une cadence idéale, il y en a en tout cas qui ne peuvent pas fonctionner. Pourquoi ? Parce qu’en moyenne, 30 à 40 % des abonnés à une liste ouvrent les mails envoyés (quand ta liste est encore petite, ça peut être beaucoup plus élevé, mais à partir de quelques milliers, ça tourne autour de 30 % ).
  • Mais attention : ce ne sont pas les mêmes personnes à chaque fois – ça tourne. DONC – si tu envoies un mail par mois, ça fait vite 2-3 mois sans avoir de tes nouvelles, ce qui est très mauvais pour le commerce : plus le délai est long entre les mails, plus on va t’oublier vite,  et en conséquence se désinscrire ou t’envoyer en spam !
  • De de ton côté, envoyer peu, c’est mauvais aussi car c’est en forgeant, n’est-ce pas, qu’on devient forgeron! Conséquence : tu ne peux pas te faire la main en envoyant un mail par mois !

Erreur n°5 – écrire des titres épouvantables (ou trop vus)

  • A moins d’avoir fait une école de journalistes, personne ne nous apprend à écrire des titres. Le problème, c’est qu’un mail, on l’ouvre essentiellement en fonction de son titre et que si le tien ne donne pas envie de cliquer, la conversation n’ira pas plus loin !
  • Par quoi commencer ? Par apprendre des journalistes (et pas des webmarketers, voir raison plus bas !) Exemple ?  J’ai un Marie-Claire sous les yeux, avec sur la couverture “De la drague au harcèlement – Comment en finir avec l’insécurité dans la rue”. Voyons ce que ça peut donner, en fonction de ton activité et des problématiques de tes clients :

>>> Tu es home organizer ? Du bazar à la pièce à vivre – Comment en finir avec le rangement

>>> Tu es naturopathe, réflexologue, prof de yoga ? De la fatigue chronique à l’énergie retrouvée – Comment en finir avec l’insomnie

>>> Tu es psychologue, thérapeute familial ? Du ressentiment à la complicité – Comment en finir avec les disputes

>>> Tu es photographe ? Du sourire guindé à votre souvenir préféré – Comment en finir avec les photos ratées 

>>> Tu fais du conseil en image, ou bien tu vends des accessoires ? Du reflet déprimant au sourire dans le miroir – Comment en finir avec le look qui ne vous va pas.

  • Tu vois où je veux en venir ? Communiquer + vendre, ce n’est pas attendre devant sa page blanche d’être foudroyé-e par l’inspiration divine ! Ça peut être beaucoup plus drôle que ça, je vais te montrer comment : continue à lire !

>>> Ce que tu peux faire :  va chez ton marchand de journaux, ou reprends ta pile de magazines si tu en as, et note 5 titres qui te donnent envie de lire l’article en question. Puis décline-les à ce que tu fais. Points bonus si tu reviens partager le résultats dans les commentaires :-)

>> Et d’une manière générale, prends avec des pincettes les articles qui te promettent la recette pour écrire des titres irrésistibles. OUI certes, il y a de supers formules. Prouvées. Testées. Qui marchent. MAIS ça demande un sacré entraînement COMBINÉ avec une très bonne connaissance de son audience pour réussir à utiliser ce type de formules sans produire un résultat qui ressemble à celui du voisin ^^

Erreur n°6 – Vendre trop (ou trop peu)

  • Que les choses soient claires : que tu vendes 1 fois par mois, tous les 2 mois, ou tous les 6 mois >>> il y aura toujours quelqu’un pour trouver que tant que ton contenu et ton travail sont gratuits, c’est bon à prendre, mais que ce serait mieux que tu ne vendes rien du tout ! Franchement ? Tant pis – laisse-les se désabonner!
  • Mais du coup, tu crains les retours négatifs et…tu ne vends jamais par mail ? Ou alors avec une proposition timide tous les 3 mois? Quel dommage ! La très grande majorité de tes abonnés a demandé à recevoir tes mails parce qu’ils aiment bien ce que tu fais, et que ton travail leur plaît.
  • Maintenant bien sûr : si tu fais comme La Redoute et que tu envoies chaque semaine un mail pour qu’on achète quelque chose, on commence par acheter. Et puis on comprend que ça va être comme ça toutes les semaines. Et on arrête d’ouvrir tes mails.

>>> A faire : consacre environ 80 % de tes mails à développer une relation avec tes clients, et 20 % à vendre (sans t’excuser :-).

Erreur n°7 : Envoyer conseils, bonnes idées, articles, actualités…

  • Le mail n’est pas une technique de marketing parmi d’autres, à équilibrer avec le reste. Le mail, c’est la fondation ET le ciment. Tout tient moins bien sans mail, tout a plus d’impact avec. OK. On est d’accord là-dessus.
  • MAIS faire une liste de bonne idées de sujets, écrire des mails intéressants et les envoyer régulièrement c’est juste…rajouter du bruit à la conversation. Empiler des mails supplémentaires dans une boîte de réception qui débordent déjà.

Le premier point-clef, c’est de faire sauter des verrous, un mail après l’autre.

Parce que le principal obstacle de chacun de nous, c’est toujours lui-même.

C’est donc valable aussi pour ton abonné.

Du coup… envoyer conseils, bonnes idées, articles et actualités par mail sans structurer ça de manière stratégique ça peut donner du contenu qui plaît.

MAIS soit l’impact sur les ventes n’est pas optimal.

Soit les ventes suivent … les clients achètent des produits/services qui leur font envie MAIS pour lesquels ils ne sont pas prêts. Ou pas faits.

Et maintenant ?

Tu peux avancer en solo ou…plus vite et mieux.

Avec une formation qui te met directement “dans le faire”.

Pour construire des séquences de contenu qui transforment tes abonnés en clients potentiels.

Puis en clients mieux ciblés.

Pas en 2 minutes,  car zéro templates de mails au programme : j’ai HORREUR de ça !

Mais de manière condensée : tu as un business que diable, et pas le temps de regarder 40 heures de vidéos (d’ailleurs, tu peux aussi télécharger audios, transcriptions, slides, tout !)

Avec des conseils hyper concrets et flexibles : je t’apprends à construire des séquences à court, moyen, et long terme.

Que tu peux adapter à un arc en ciel de produits et services. Pour des ventes en live et/ou en automatique.

Tu n’es pas seul-e non plus avec tes questions, nous avons un groupe privé pour avancer ensemble !

Rejoins-nous maintenant !

Enregistrer

Author Details

Je m’appelle Selma Païva. Je suis l’auteure du livre “Internet est une table pour deux, le marketing autrement”. Je forme + conseille + accompagne les entrepreneurs au niveau de leur marketing de contenu sur selmapaiva.com

Au programme – email marketing, copywriting, blogging, storytelling… ou l’art de manier les mots pour construire des séquences de mails dignes d’une série Netflix. Des articles qui captivent ta communauté . Des landings pages qui convertissent tes visiteurs en prospects. Et des pages de vente qui donnent envie d’acheter !

Commence par mes 10 micro-leçons d’email-marketing ici. Elles sont gratuites. Et spécialement conçues pour une relation durable et riche avec tes abonnés :-)

411 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez