manifeste-entrepreneurs

Oser : les 4 lettres qui paralysent. Difficile de surmonter son appréhension quand on sent qu’on va se confronter à la résistance des autres. A la sienne, aussi.

Et puis ce n’est jamais terminé!

Produire un travail de qualité est le travail d’une vie, qui oblige à faire face à ses peurs et à sa vulnérabilité.

Mais oser quand même. Même si on sait que la route n’est pas un long fleuve tranquille.

Aujourd’hui, je voudrais te parler de nous. De nos échecs, de nos rêves.

Cet article a été initialement publié il y a un an environ, il était temps de l’améliorer et de le republier :-)

Un peu de perspective pour commencer.

  • Tu vas te planter. Mais tu ne peux pas V.R.A.I.M.E.N.T te planter, en fait. A moins d’abandonner – et encore. Laisser tomber ce qui ne marche pas est parfois la meilleure décision à prendre, pour passer à la suite.
  • Alors plante-toi, et surtout : essaie encore + rectifie + avance! (En faisant preuve de créativité hein : accepte de laisser tomber une idée quand elle n’est pas faite pour toi, teste, adapte-toi).
  • Tous les échecs que tu vas essuyer ne sont pas si graves, n’est-ce pas ? Un jour, nous allons mourir. D’ici là, décidons que chaque journée est un cadeau (jolie phrase d’Odile).

Nous sommes faits pour nos rêves.

  • Lequel, laquelle d’entre nous n’a pas entendu…

…de la part des amis : « Mais avec la crise, ce n’est pas prudent ! ».

…de la part de la famille : « Mais tu vas passer moins de temps avec tes enfants ! Tu vas avoir moins de vacances ! »

…de la part des collègues : « Tu as les pieds au chaud, pourquoi ne pas en rester là ? »

  • J’ai du mal à mettre le doigt dessus, mais il y a un moment où c’est devenu mal vu, d’être ambitieux, et pire : ambitieuse. Comme si vouloir mieux était synonyme d’égoïsme et de dents qui rayent le plancher. Surtout quand on est une femme, et que – comme moi par exemple, qui fut prof dans ma vie d’avant ! – on s’occupait des enfants des autres : « Mais si même toi tu ne le fais plus, qui le fera à ta place ? » .
  • Et puis j’ai compris : le problème de la gratitude envers ce qu’on a déjà, c’est quand elle bloque le chemin de l’ambition. Quand elle se teinte de culpabilité.
  • Je ne sais pas si ce que j’ai en tête va marcher, mais je vais essayer. Je ne sais pas si ton projet actuel va marcher, mais tu dois essayer!
  • Je ne vais pas rester immobile : je suis faite pour mes rêves. Et toi pour les tiens. Ne te sens pas coupable de vouloir plus! Ne te laisse pas contraindre par ce qui convient aux autres!
  • Tout se crée. Tout se transforme. Toi aussi : tu n’es pas censé-e rester immobile :-)

Ose.

  •  Il y a un problème quelque part. Dans la manière dont tournent les choses. Tu le sens aussi, n’est-ce pas ? Et à partir du moment où tu as commencé à oser penser différemment + à mettre ton ambition au cœur de ta vie, tu as commencé à changer :
  • Tu as goûté au sentiment d’indépendance qui va avec le refus du statut quo.
  • Tu cherches avec excitation ton crayon sur la table de nuit pour noter une idée à la lumière du réveil-matin.
  • Tu crées avec ta perspective, et elle n’est pas toujours facile à trouver !
  • Tu as décidé de remettre de la valeur dans les échanges + dans la consommation. Dans la vie !
  • Tu passes par le découragement, la fatigue extrême, le doute pour mieux rebondir d’enthousiasme.
  • Tu acceptes l’inconfort d’un chemin non balisé : ton chemin personnel, bravo!
  • Tu es vivant-e.
  • Tu refuses de stagner. Tu as le courage d’exposer ta vulnérabilité. Et de demander de l’aide.
  • Tu décides que les refus et les échecs ne seront pas insurmontables.
  • Tu acceptes d’avoir envie de faire les choses différemment.

Tu es un électron libre.

Tu es un-e entrepreneur-e.

Et tu peux en être fier-e.

Sers, inspire, aide.

  • Sans vouloir enfoncer une porte ouverte, je tiens quand même à le rappeler ici : nous ne sommes pas nos pensées, ni la somme de nos pensées. Nous sommes nos actions et ce qu’elles changent pour les autres.
  • Même si l’effet est aussi léger qu’un battement d’aile de papillon. Tu es ce que tu donnes. Tu es ce que tu partages.
  • Que veux-tu faire de ta vie ? Pour répondre à cette question, pensons en terme de connexions. Que veux-tu apporter aux autres par ton travail ?
  • Moi, j’aide les électrons libres + les enthousiastes + les anti-conformistes à mettre au point des stratégies progressives pour avoir plus d’impact, aller plus haut, plus loin, avec leur activité. A mon échelle, j’ai envie de changer le monde. Avant, j’ai eu très peur que le monde entier me rit au nez. Et puis j’ai fini par oser, et plus ça va, plus ma personnalité se voit dans ce blog, et non, ça ne t’a pas fait fuir!

Alors? Que veux-tu apporter aux autres + à toi-même, par ton travail?

Qu’est-ce que ça change, pour toi, d’être un ou une entrepreneur-e?

N’hésite pas à partager ton expérience + tes questions dans les commentaires!

Si cet article t’a plu, merci de le partager <3

P.S : la photo, c’était ma 1ère carte de visite ;-)

Author Details

Je m’appelle Selma Païva. Je suis l’auteure du livre “Internet est une table pour deux, le marketing autrement”. Et le storytelling est mon super pouvoir :-)

Je forme + accompagne les entrepreneurs à passer un nouveau cap dans leur storytelling & positionnement sur selmapaiva.com. Pour une identité plus marquée. Un message clarifié. Des clients mieux ciblés. Une offre valorisée.

Commence par le programme Storytelling Maestria = méthodes & principes de storytelling pratico-pratique pour du contenu qui fait passer ta personnalité. Des mails qui créent une vraie proximité avec tes abonnés. Des posts qui créent des émotions, de la relation, des conversions.

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez