3 raisons (supplémentaires!) de laisser tomber le fait-main - Selma Païva

comment-positionner-son-travail

Quand j’ai commencé ce blog, j’avais un projet à 2 têtes : créer une boutique en ligne de bijoux, et une autre de conseils pour entrepreneur-es.

Ça me semblait logique, vu que du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours fabriqué des bijoux. Mais le temps passant, avec 2 enfants en bas âge à la maison + un autre travail à côté à l’époque – j’ai dû m rendre à l’évidence : bijoux ou ressources pour entrepreneur-es?

Après des mois passés à essayer de faire un peu des 2, je me suis rendue compte que je n’avais pas envie de vendre des bijoux. En fabriquer oui, apprendre de nouvelles techniques, oui, mais pour l’instant en vendre : non.

Et puis la créativité ne dépend pas de ce qu’on utilise mais de l’originalité avec laquelle on le fait. On n’est pas créatif parce qu’on crée avec ses mains : on l’est dans ce qu’on change pour les autres. Et moi, je suis créative avec mes mots et mes idées.

Répète avec moi ;-) : on est créatif dans ce qu’on change pour les autres,  on est créatif dans ce qu’on change pour les autres,  on est créatif dans ce qu’on change pour les autres.

“Fait-main” ou non, on n’est pas créatif parce qu’on utilise ses 10 doigts.

Il y a quelque temps déjà, j’avais recommandé de laisser tomber le fait-main en tant qu’argument de vente. Voici 3 raisons supplémentaires aujourd’hui de ne pas utiliser ces termes pour positionner ton travail, si tu vends des produits que tu fabriques.

Raison n°1 : le fait-main n’a pas la signification que tu crois

  • On peut acheter des bracelets made in china de mauvaise qualité et pourtant faits-main. Ou alors de bonne qualité mais fabriqués dans des conditions de travail déplorables. D’ailleurs, les marques de luxe délocalisent à Canton, à Cracovie…et se gardent bien de communiquer dessus. Car la fabrication et le savoir-faire français sont plus importants pour leur image que la mention “fait-main”.
  • Les caisses de voyage Vuitton, les bijoux Hermès sont fabriqués artisanalement, mais on ne voit jamais ces marques employer les termes “faits-main”. Savoir faire artisanal, finitions impeccables, qualité de fabrication: oui. C’est ce qui est important pour leurs clients. Et pour les tiens? Qu’est-ce qui compte?
  • Donc, attention : le “fait-main” n’a pas la signification que tu crois. Il a souvent une connotation de travail amateur, liée aux loisir créatifs – ce qui est très embêtant pour fixer des prix corrects. Or tes mots sont essentiels pour mettre ton travail en valeur. Pense au concept, à l’idée qu’il y a derrière “fait-main” : quand tu dis ou que tu écris “fait-main”, qu’est-ce que tu dis exactement? Et qu’est-ce que tu voudrais dire? Avec ton travail, qu’est-ce que tu voudrais créer de différent pour toi, et pour tes clients?

Raison n°2 : le fait-main te limite

  • Appuyons sur la touche “Avance rapide” : que se passe-t-il le jour où ton carnet de commandes est plein? Car une fois que toutes les heures de la journée sont utilisées, on ne peut pas en rajouter d’autres.  D’ailleurs, si tu remplis ta semaine de 40 heures de travail pour tes clients, tu te rends compte que malgré le succès, tu es épuisée : tu n’as plus une minute pour tester de nouvelles idées + faire connaître ton travail + faire une pause, tout simplement. Quant à créer pour le plaisir, ce n’est même pas la peine.
  • Imagine que ça y est, les magazines où tu rêves d’apparaître font un article sur toi. Ça peut être aussi le journal local, la télé régionale : tu es sous les projecteurs, et tu reçois 472 commandes. Le 1er moment d’exaltation passée : comment tu t’y prends? Parce que si tu consacres 100% de ton temps à fabriquer pour répondre à ces commandes-là, tu vas disparaître dans ton atelier pendant des semaines, voire des mois, et négliger ton blog et ta boutique en ligne. Le jour où tu vas refaire surface, la vague sera passée. Et tu auras peut être envie de fermer boutique, tellement tu seras dégoûté-e d’avoir aligné seul-e tes 472 commandes à la chaîne.
  • Pense aussi que tu peux avoir des idées qui dépassent tes compétences et ton matériel : faire plaquer tes bijoux avec de l’or, faire découper tes bijoux de cuir au laser, faire mouler tes pendentifs en résine par des ateliers spécialisés…ou tout autre processus te permettant d’obtenir un résultat d’une qualité que tu n’obtiendras pas en solo.
  • Donc : laisse tomber le “fait-main”, il te limite : si tu veux développer ton entreprise, arrivera le moment où une partie de ton travail ne sera plus fabriquée par toi, tout simplement parce que c’est physiquement impossible et créativement pas très épanouissant.

Raison n°3 : le fait-main exclut

  • Le fait-main exclut les créatifs qui ne fabriquent pas : quid des photographes? et des graphistes? De ceux et celles qui dessinent des bijoux, ensuite moulés en résine, bronze, argent? De celles qui créent des motifs (peints ou sur ordi) ensuite imprimés sur tissu? Et des entrepreneur-es qui ont réussi à développer leur activité et s’occupent essentiellement de la conception de leurs collections et se font seconder pour la fabrication?
  • Donc : le fait-main trace une frontière là où il n’y en a pas. Si tu te considères comme un créateur ou une créatrice du fait-main, implicitement tu exclus certaines possibilités, certaines évolutions de ton travail.  Et le pire dans l’histoire, c’est que tu n’as pas expliqué au client potentiel qui lit ta description pourquoi il devrait acheter ton travail.

Et toi ? Si tu vends des produits physiques, comment est-ce que tu présentes ton travail ?

Qu’est-ce que tu veux dire, si tu dis/écrit que c’est fait-main ? Quelle est l’idée, la vision, l’idéal qu’il y a derrière ? Qu’est-ce que ça représente pour toi ? 

 

Author Details

Je m’appelle Selma Païva. Je suis l’auteure du livre “Internet est une table pour deux, le marketing autrement”. Je forme + conseille + accompagne les entrepreneurs au niveau de leur marketing de contenu sur selmapaiva.com

Au programme – email marketing, copywriting, blogging, storytelling… ou l’art de manier les mots pour construire des séquences de mails dignes d’une série Netflix. Des articles qui captivent ta communauté . Des landings pages qui convertissent tes visiteurs en prospects. Et des pages de vente qui donnent envie d’acheter !

Commence par mes 10 micro-leçons d’email-marketing ici. Elles sont gratuites. Et spécialement conçues pour une relation durable et riche avec tes abonnés :-)

225 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez