≡ Menu

Un cancer pour la route?

Le jour de la Saint Valentin en 2003, la jeune et jolie actrice/photographe Kris Carr, apprend qu’elle a un cancer.

Elle a 31 ans. Son foie est couvert de lésions.

Les tumeurs se sont étendues aux poumons. Il y en a 24, elle n’est pas opérable. Il n’y a pas de traitement.

La…bonne nouvelle ? L’évolution de son cancer est lente.

Elle a du temps.

Pour apprendre à vivre avec un cancer de stade 4. Gloups.

Et là vous vous demandez peut être pourquoi j’ai choisi de vous parler de ce livre, et le rapport avec le business ?

En quelques semaines, Kris décide d’avancer malgré la peur. De réaliser un documentaire sur son histoire : « Cancer fou, cancer sexy ».

Elle écrit ensuite un livre, “Crazy Sexy Cancer”. Qui devient un best-seller.

Et contre toute attente, 9 ans après la terrible annonce, elle est toujours en vie! Les tumeurs de son cancer se sont fortement résorbées.

Elle est devenue hyper connue aux U.S. Elle en est aujourd’hui à 5 livres et de nombreuses interventions dans les hôpitaux, à la télé, les magazines…

Voici l’essentiel de son message, pour vous motiver fortement quand vous avez un moment de découragement!

La vie, la vraie V.I.E.

  • Et bien voilà : Crazy Sexy Cancer est un livre à propos de la vie plutôt que du cancer. La vie, la vraie, celle où on choisit de retourner à la case départ pour apprendre à vivre vraiment. Parce qu’il y a une certitude : le cancer exige qu’on se bouge les fesses, car la sortie se matérialise d’un coup.
  • Mais finalement qu’est-ce qu’on attend, nous qui avons la chance pour l’instant de ne pas être malades ? Est-ce qu’on a besoin d’un cancer pour se donner l’autorisation de définir sa vie ? Pour faire les choix qu’on n’ose pas faire par peur d’être jugées ?
  • L’auteur prévient : pour commencer à V.I.V.R.E, on n’a besoin d’apporter que la volonté de vaincre ses peurs.

Grandir mentalement

J’ai choisi pour toi des conseils et des techniques tirés des différentes parties du livre pour :

  • apprendre à libérer sa créativité en dominant ses peurs
  • apprendre à consommer différemment
  • trouver le chemin spirituel/méditatif qui vous convient afin de lutter contre la peur, les pensées destructrices et l’auto-sabotage.

Dominer ses peurs, pourquoi?

  • C’est que dominer ses peurs, c’est aussi libérer sa créativité car on se libère de la peur du jugement des autres.
  • Le cerveau fonctionne comme un émetteur de radio. Les pensées qui le traversent sont des courants électriques qui envoient des signaux au corps. Donc attention à la négativité : elle peut faire du bien sur le moment. Mais il faut prendre conscience de ces pensées négatives  et envoyer des pensées positives à la source de la douleur pour compenser. Tu doutes ?
  • Parlons des bonnes vibrations : nos pensées ont des fréquences électriques, des vibrations magnétiques. On ne parle pas de trucs mystiques là, ou de croyances bizarres. C’est scientifique. Alors on fait quoi de cette info ? Et bien si on veut réussir dans un domaine ou dans un autre, il est temps d’admettre que cela implique de travailler sur ses pensées et ses émotions.
  • J’entends déjà les sceptiques…sachez qu’il ne s’agit pas d’ésotérisme mais de préparation mentale. Il s’agit de se mettre en condition, de choisir d’orienter ses pensées, de refuser de se laisser entraîner par le pessimisme et la négativité. On n’est pas la même quand on choisit de se concentrer sur tout ce qui nous arrive de bien (et dont parfois on ne se rend même pas compte tellement on est occupée à ressasser nos difficultés).

Modifier sa consommation

  • Tu peut-être déjà observé les conséquences de ce que tu as mangé sur ton énergie, ton sommeil, ton travail, ta concentration?
  • Zoom sur le Ph du corps et son équilibre alcalin :

1. Rappel : le ph de 7 est neutre. Supérieur à 7, c’est alcalin. Inférieur à 7, c’est acide.

2. Dans la catégorie nourriture acide : le sucre, les aliments transformés, les aliments d’origine animale.

3. Dans la catégorie alcaline : on retrouve des aliments d’origine végétale…et naturelle (non transformés).

4. Trop de nourriture acide et vous souffrez de douleurs, d’allergies, de sinusites, fatigue, constipation, cholestérol, mauvaise haleine, parfois même d’arthrite et autres maladies dégénératives…

  • Pour cesser de creuser sa tombe avec ses dents, s’il ne faut retenir qu’un conseil de ce livre le voici : faites la chasse aux plats préparés.
  • Et voici un 2ème conseil à retenir, concernant cette fois  le maquillage : la peau absorbe tout ce qui est en contact avec elle. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut rien mettre ! Ni qu’il faut dépenser plus…au contraire. Les produits de soin et de maquillage les plus chers sont ceux qu’on trouve en parapharmacie et dans les parfumeries, et qui sont toxiques !

Les statistiques : en 2050, 1/3 des hommes aura eu un cancer, et la moitié des femmes. Tu as compris d’où vient la différence ? Alors les filles, il est temps de changer nos habitudes. Et de trouver maquillage et produits sains, et moins chers (si si, je te promets)

Trouver le chemin spirituel qui nous convient

  • Je suis profondément convaincue que l’esprit d’entreprise et le développement personnel se développent de paire. Que réussir nécessite un travail en profondeur sur ses pensées et ses émotions, sur son ego. C’est à dire?

J’ai retenu pour vous 2 éléments qui nous freinent tous les jours quand on les néglige :

  • La force du pardon : on considère souvent le pardon comme une faveur que l’on fait à la personne qui a merdé. Mais c’est une erreur : quand on pardonne, ce n’est pas pour inviter l’autre à dîner, c’est pour se libérer. C’est à soi-même qu’on se rend service. On n’est plus plombé par la rancœur. N’oubliez pas qu’on peut être plombée par de la rancœur vis-à-vis de soi-même, et qu’on doive apprendre à SE pardonner.

Pour retrouver confiance en soi et estime de soi, arrêter de s’auto-saboter et s’autoriser enfin, à être heureuse. Vous voyez mieux l’impact de votre chemin spirituel (ou développement personnel) sur votre entreprise?

  • La force de la méditation : un endroit pour se recueillir, pour être avec soi-même et mettre le monde extérieur en mode « pause » est nécessaire. Même quand on n’a pas religion : juste un endroit pour s’arrêter, pour méditer (c’est-à-dire pour observer ses pensées, les regarder passer sans les suivre). Des objets ou des paroles peuvent aider a développer la concentration : la flamme d’une bougie par exemple, ou la répétition de certains mots en inspirant puis en expirant.

La méditation est un outil recommandé par de nombreux entrepreneurs. Pour des explications+ des exercices très simples, pensez à lire les articles à propos de L’incertitude et de L’habitude créative.

 Le mot de la fin

  • Cela faisait longtemps que je voulais écrire cet article, car l’histoire de Kriss Carr (malheureusement plusieurs fois vécue dans mon entourage proche) me permet de ne jamais baisser les bras.
  • Je voulais donc vous la raconter pour vous motiver, pour que vous ne perdiez pas de vue l’essentiel dans les moments difficiles.
  • Car quand on entreprend, il y a un bouillonnement vital derrière. Un besoin irrépressible de changer les choses + de faire différemment pour vivre vraiment.

Et toi ? As-tu le sentiment de vivre vraiment quand tu crées tes produits et services ?

Ressens-tu un sentiment d’urgence? Un besoin vital de faire la différence?

{ 24 comments… add one }
  • Alors voilà, je vais partager mon expérience…
    J’ai toujours voulu créer mon entreprise. Je suis fille, petite fille d’entrepreneur/commerçant, et depuis que j’ai commencé à travailler, c’est mon but ultime!
    J’ai donc ouvert ma petite boutique dans le centre d’une petite ville dynamique. Pas tous les jours faciles mais j’en veux et je suis soutenue.
    Pour moi, pas de cancer, pas d’annonce aussi grave…Mais en juin dernier, je tombe enceinte, nous sommes tellement heureux! Malheureusement, je fais une fausse couche à 8 semaines de grossesse…
    Totalement démoralisée, je plonge à fond dans le boulot!Quelques complications plus tard, je me rends compte que je veux autre chose pour ma vie, oui à l’entrepreunariat, mais besoin de plus de créativité, de temps pour moi et de sécurité financière…
    Alors depuis, petit à petit, je me renseigne, je développe certaines choses et j’en découvre d’autres pour changer ma façon d’entreprendre qui me laisserais plus de liberté, plus de créativité…
    Certaines diront que les fausses couches arrivent très souvent…oui, mais cela n’enlève pas la douleur. Mais le plus important c’est que depuis je pense autrement!!
    OUI j’ai un besoin vital de faire ce que je désire, de ne pas laisser le regard des autres m’influencer et ce sentiment d’urgence je l’ai et il me fait avancer aujourd’hui.
    Depuis, j’ai un besoin de vivre autrement. Selma, ce que tu dis sur le maquillage est tellement vrai!
    Il y a tellement de choses nocives dans notre quotidien, d’onde dans tous les sens, alors, un peu plus de naturel ne fait pas de mal et c’est tellement simple…
    Aujourd’hui, j’ai le moral dans les chaussettes…et tu tombes à pic (encore une fois) avec cet article qui fait du bien et donne espoir. Merci!

    • Apolline

      Wow, merci à toi Moana pour ton témoignage :-) Tu en veux, et à se sent! Je suis passée par la case fausse couche comme toi, et puis j’ai eu un bébé, et puis un 2ème. Ce n’est pas pour enlever la douleur, mais pour dire que je comprends! Je suis bien contente que cet article t’ait fait du bien, car c’est une histoire qui me redonne vraiment régulièrement un coup de boost! Bonne continuation et à bientôt pour la suite!

  • J’ai introduit la méditation pleine conscience dans ma vie il y a quelques temps. De nature anxieuse, j’ai vu une réelle amélioration de ma capacité à m’&ancrer dans le présent et à ne plus me sentir noyée par les mille idées qui nous bouffent le cerveau!

    • Apolline

      Bonsoir Aurélie! Oui, même quand on la pratique peu (quelques minutes par jour), la méditation pleine conscience change la vie :-) Je confirme aussi les mêmes améliorations que toi, et pourtant j’étais anxieuse à un point….

      • Vous m’intéressez les filles! ^^Je suis de nature très anxieuse, angoissée pour un rien. La méditation m’attire et me stress à la fois. Elle a comme un air mystique pour moi qui m’empêche de me lancer…

        • Apolline

          Je comprends, je suis passée par là! Sauf qu’il n’y a rien de moins mystique en fait :-) Il s’agit juste de s’entraîner mentalement à être là, ici, et maintenant. Au début on n’y arrive pas du tout, mais on progresse très très vite. Même avec 5 min par jour. c’est comme beaucoup de choses, ça s’apprend! Et j’ai encore bien à apprendre moi même sur le sujet, je suis une bleue! Mais une bleue qui n’est plus une anxieuse! Wuhu!

  • Bonjour Selma,

    Un article qui tombe à pic , je viens d’apprendre ce début de semaine que 2 personnes très proches étaient malades :( et c’est vrai que “malheureusement” cette réalité me fait prendre conscience de la chance que j’ai d’être en bonne santé et de pouvoir faire aujourd’hui ce que j’aime. Ca m’a permis de redéfinir également mes priorités envers mon activité pro et ma famille … Moi qui me mettais beaucoup de pression chaque jour avec un planning ultra chargé et bien je l’ai revu à la légère en partant du principe :” tant mieux si j’ai réussi à faire tout ce que je voulais aujourd’hui, mais le principal c’est d’avoir consacré du temps et pu profiter de mon fils de 3 ans et de mon mari”. je pense qu’en étant bien dans sa tête, les choses avanceront peut être + lentement mais mieux pour mon activité …

    A bientôt,

    JULIE

    • Apolline

      Bonsoir Julie, et oui, on ne va pas plus vite ni mieux avec un planning trop chargé…et quand on est en bonne santé, on a vraiment une couronne sur la tête sans s’en rendre compte. Quand on en prend conscience, on arrive à mieux profiter du reste :-) Merci pour ton témoignage, et bon courage pour tes proches.

  • Bonjour,

    Merci pour cet article qui remet les choses en place !! C’est à lire tous les jours pour démarrer la journée et se recentrer !!
    Je pratique le yoga depuis 4 ans et je dois dire que ma vie est différente : plus aucune migraine, plus de torticolis, plus de maux de ventre, clouée avec l’angoisse…le corps va bien et la tête aussi ! Je peux dire qu’être bien au présent permet tous les possibles !!
    NaDeGe

    • Apolline

      Voilà qui me donne envie de faire du yoga! Et j’aime ta phrase “être bien au présent permet tous les possibles” :-) Merci et à bientôt Nadège!

  • moi j’ai radicalement changer de vie il y a 4 ans quand j’ai perdu mon fils a 9 mois de grossesse , ce petit ange ma montré que c’est uajourd’hui que l’on doit vivre sa vie, pas demain.
    j’ai quitté un boulot qui me bouffait la vie, je me suis recentrée sur l’essentiel pour moi, ma famille.
    j’ai crée mon entreprise.
    j’ai prie en main l’éducation de mes fille, si je n’etais pas contre l’école, il n’y avait que moi pour décider ce qu’il y avait de mieux.
    il aura bientôt 4 ans j’ai mis au monde mon ange gardien.
    même aujourd’hui ou les difficultés financieres sont là je n’ai qu’à regarder le sourire de mes filles pour savoir pourquoi je fais ce que je fais.

    • Apolline

      Je ne peux que te tirer mon chapeau, Héléna. Ici bébé a 3 mois, alors je n’ose même pas imaginer ce par quoi tu es passée. Bravo pour le courage et la détermination dont tu fais preuve, et de tout coeur, bonne continuation pour la suite!

  • Je lis ce très bel article, puis vos témoignages à toutes et je prends conscience que nous avons toutes nos bagages de moments difficiles, de blessures et de cicatrices encore ouvertes. Autant de difficultés dans vos vies que vous avez su transformer en une force pour avancer, pour voir les choses autrement, pour vivre. Alors à vous toutes, à toutes les autres, je dis bravo…

    Une chanson de Soprano, résume très bien ça. Bien que ce ne soit pas particulièrement mon style musical, les paroles sont censées et tellement vraies : “Ferme les yeux et imagine toi”

  • Sandrine

    Bonsoir à toutes !
    … et merci pour tout ces témoignages ! Je viens de découvrir ce site, je suis freelance mais pas encore le bonheur d’être maman (j’espère bientôt <3) ; j'admire votre force à toutes de ne pas choisir la facilité mais plutôt la liberté, la sérénité même si cela nous oblige à affronter ses peurs et à aller au delà de ses limites tous les jours … Souvent je doute de continuer en tant qu'indépendante mais quand je lis vos témoignages, je me dis que ça vaut le coup :)

    Pleins de belles choses à toutes !

  • Bonjour les filles,

    Moi mes filles, mon mari et moi allons bien , des probèmes financiers mais bon qui n’en a pas et comme je dis toujours à mon mari dans les jours de moins bien “on est en bonne santé, on est ensemble et c’est le principal”et je lis et relis cet article et surtout vos commentaires et forcément çà me donne l’envie de me bouger, de profiter de la vie de chaque sourire de mes enfants, leurs fourires et surtout je les regarde, je les regarde encore et encore jouer ensemble, rire avec leur père il est si beau quand il sourit(!!) encore plus beau et je me dis que j’ai de la chance pourvu que çà dure et çà va durer!!!, j’y travaille. Les vrais coup dur ceux qui bouleversent la vie ( la perte d’un proche, la maladie sont pour moi de vrai coup dur sans vouloir donner une échelle de grandeur chacun vie, la ressent sa vie comme il veut comme il l’entend il n’y a aucn jugement dans mes propos surtout pas) me font relativiser les choses, la vie, mon envie d’entreprendre, j’ai peur certes mais c’est bien d’avoir peur aussi çà veut dire que j’ai une conscience nan?? lol
    Je me dis que je n’ai qu’une vie que c’est moi qui decide de la rendre belle ou pas, et je la veux (pas voudrais mais VEUX) belle pour moi mais surtout pour transmettre cette envie à mes filles, je veux qu’elle ce donne les moyens d’y arriver d’arriver là où elles veulent aller c’est le devoir d’un parents. Vous êtes fortes les filles, vous avez vécu des choses super dures et vous avez su vous relever plus fortes encore c’est méga respectable c’est formidable et c’est promis si j’ai un coup de mou , de moins bien je reviens ici ( d’ailleurs la page reste ouverte en onglet sur mon ordi!) et j’actualiserais vos commentaires et c’est sur je repartirais de plus belle! Merci pour vos témoignages , merci Selma d’avoir fait cet article. Tu gagnes à être connue et reconnue!<3

  • Quelle belle leçon de vie de la part de Kris Carr mais également de votre part à toutes ! Les moments douloureux même s’ils nous mettent parfois la tête sous l’eau nous poussent à nous dépasser. C’est comme si notre vie mettait des balises le long de notre route pour nous pousser à aller toujours plus loin. Malheureusement, on a trop souvent tendance à ne pas s’arrêter sur les éléments positifs et à foncer tête baissée. Mais lorsque un évènement difficile survient et nous force à nous poser un instant, c’est là que tout prend son sens. Le vrai sens, celui qui nous apaise et nous amène à des changements parfois radicaux. La vie est courte, alors prenons le temps de tracer le chemin que l’on s’est choisi et qui nous correspond à nous !

  • Bonjour,
    et tout d’abord merci Selma!
    Je me suis inscrite sur ton site depuis peu mais je remercie la vie de m’avoir dirigé sur ton chemin! Ce que tu fais pour nous les femmes et mamans est formidable, je dirais même essentiel. Je ne manque pas de te lire et d’essayer d’appliquer tes conseils très utiles. Je suis maman de 3 enfants (18, 14, 11ans) et depuis fin 2012 une “starter” qui veux mettre en place son atelier-boutique de loisirs créatifs, et je sais combien c’est difficile de combiner vie de famille et envie de devenir indépendante! Malgré tout je persisterai dans ce sens car c’est quand je crée que je me sens réellement en vie et j’aimerais partager ça avec les autres. La vie m’a aussi amené mon lot de cicatrices, dont celle de perdre des jumelles à 6 mois de grossesse, donc je comprends très bien votre douleur à toutes! Mais même si je n’oublierai jamais , je pense que “ce qui ne tue pas rends fort” et je préfère en tirer une force, de voir la vie autrement que la société nous impose. Je suis contente que tu parles de Kriss Carr, car elle en est un bel exemple! C’est quelqu’un que je suis aussi régulièrement sur la toile, et comme toi, elle me booste, me donne de la bonne énergie, et le courage d’avancer. Elle n’a pas eu peur de tout changer dans sa vie, ce qu’elle nous explique est fondamental: un bonne hygiène de vie autant physique que mentale est très importante pour la réussite de nos projets, croyez-moi tout est lié! Sans cette “discipline”on a tendance à se polluer de l’intérieur et d’être le premier frein à notre bien-être!
    Vivre l’instant présent comme dit Eckhart Tolle, c’est le secret, et profiter du meilleur que la vie nous offre !
    Merci!

  • Très juste ton article, comme toujours j’ai envie de dire!
    J’ai 31ans et je suis passée aussi par la case cancer du sein l’année dernière, alors tu penses si ton article me parle. J’ai commencé mon blog suite aux traitements pour retrouver mon côté créatif trop longtemps laissé de côté et ça m’a énormément aidé.
    Aujourd’hui je vais bien, moralement je navigue un peu entre les hauts et les bas, je rêve d’avoir ma petite entreprise créative mais je doute de la réussite d’un tel projet, je viens donc régulièrement sur ton site pour lire tous tes bons conseils et me motiver (merci!).

    • Apolline

      Avec plaisir Cécile. Il y a un truc qui est sûr, c’est que tant qu’on doute, çe ne marchera pas. Parce qu’on ne met pas ses tripes + sa vulnérabilité en jeu quand on se laisse guider par ses peurs. Je ne dis pas qu’il faut les ignorer, mais apprendre à les écouter et à les dépasser. Je crois que c’est Henry Ford qui a dit “que vous croyez ou non que vous allez y arrivez, vous avez raison”. Je te souhaite le meilleur pour la suite!

  • Bonjour à toutes,

    Je vous lis avec beaucoup de plaisir et me retrouve dans beaucoup de vos remarques. Merci Selma pour cet article que je trouve très courageux.

    Je voulais simplement réagir à l’une de tes remarques que j’aurai aimé un peu tempérer :-). Tu réponds à Cécile que tant qu’on doute ça ne marchera pas. Par expérience, j’ai beaucoup douté et j’ai quand même rencontré du succès dans ce que j’entreprenais. Je crois qu’en nous, même si il y a une partie qui doute, il y en aussi une qui ne doute pas ! Je pense qu’il est certain que douter est un frein et empêche de faire et de vivre les choses au mieux. La phrase d’Henri Ford est très vrai mais ce n’est pas non plus parce que l’on a peur en voiture que l’on a systématiquement un accident de voiture ;-) !
    Je médite aussi, j’ai fais beaucoup de développement personnel, je doute encore des fois mais je fais aussi de mon mieux pour m’encourager.
    J’ai envie de dire à Cécile, tu ne sauras si ça fonctionne qu’en essayant ; si cette expérience est bonne pour toi, qu’en la vivant ; si ça marche pour d’autres, pourquoi pas pour toi !
    Sinon, personnellement pour m’aider à rester centrée et bien dans mon quotidien, je me rappelle régulièrement que ce qui compte “ce n’est pas ce que je vis mais comment je le vis”!
    Très bonne journée à toutes !

    Kahina

    • Apolline

      Bonjour Kahina! Je suis bien contente de te retrouver dans les commentaires, ça faisait longtemps! Et merci pour ton intervention. En fait, je ne pense pas que tant qu’on doute ou tant qu’on a peur, ça ne marchera pas. Je crois même que les doutes + peurs ont toujours un message pour nous, et qu’ils nous accompagneront tout le temps. Le problème, c’est quand le doute prend le pas sur le reste, quand on laisse le doute décider parce qu’on croit que ceux qui prennent les bonnes décisions ne doutent pas. Il y a un certain point où on décide d’écouter la partie qui ne doute pas, comme tu dis. Et il faut vraiment renfoncer cette partie-là aussi, parce qu’on a naturellement plus tendance à développer ses craintes que sa confiance en soi, et du coup on reste paralysée. Bien sûr, il faut aussi à arriver à faire la part des choses, car le doute peut être très utile! Pour la peur en voiture : oui, ce n’est pas parce qu’on a peur en voiture qu’on a un accident. Pas systématiquement. Mais plus on a peur, plus on a statistiquement de chances d’avoir un accident. Parce que plus on a peur, plus on est tendue moins on arrive à voir les signaux de danger, qui arrivent de l’intérieur et de l’extérieur. ça a été testé et scientifiquement prouvé par Richard Wiseman (chercheur en psychologie, dans une étude qui a duré presque 10 ans et qui a porté sur des centaines de personnes). Il y décortique justement les histoires de personnes qui ont une poisse pas croyable, et inversement. Et le mieux, c’est qu’il a réussi à changer la vie des personnes qui avaient la poisse grâce aux résultats des personnes qui ont l’air chanceuse. Pour la petite histoire, je me souviens justement de personnes qui avaient eu un nombre incroyables d’accidents de voiture. j’avais parlé de son livre ici : https://selmapaiva.com/pourquoi-les-chanceuses-ont-de-la-veine-et-comment-vous-pouvez-faire-comme-elles-2/ Meci Kahina et bonne journée!

      • Merci beaucoup pour ta réponse Selma et oui, je suis d’accord avec toi !

        J’ai aussi envie de raconter une petite histoire, j’ai fais de la pnl et c’est de là que je tire tout ça. Allons-y ! J’ai appris et moi-même constaté que l’on utilisait notre imagination de la mauvaise façon. Plutôt que d’imaginer la manière dont nous souhaiterions que les choses se passent, nous imaginons la plupart du temps la manière dont nous ne voulons surtout pas qu’elles se passent et ainsi, nous donnons la mauvaise direction à notre cerveau.
        Ex: j’ai un examen et plutôt que d’imaginer comment tout va merveilleusement bien se dérouler, je vais plutôt imaginer comment tout va très mal se passer ! ;-) Les répercussions émotionnelles ne sont pas du tout les mêmes et ne me mettront pas dans le même état intérieur (stressée ou détendue) au moment de l’examen.
        Métaphore : C’est comme de monter dans un taxi et de dire au chauffeur, ne n’emmener surtout pas là, ni là, ni là non plus…
        Le cerveau est notre super véhicule (taxi), en lui donnant tout suite la bonne direction, c’est à dire en imaginant ce que l’on souhaite et pas l’inverse, on obtient de bien meilleurs résultats ! :-)
        Voilà, j’espère que ce n’est pas trop hors sujet et que cette petite astuce servira à certaines ! Imaginez que vous obtenez ce que vous souhaitez et ressentez les émotions qui vont avec ! :-)

  • coucou Selma,
    je me reconnais également dans ce témoignage…pour ma part, il m’a fallu passer par un pré-cancer, puis 2 fausses couches, puis la perte de mon premier bébé âgé d’une semaine seulement (après un accouchement qui a failli me coûter la vie), pour que je prenne enfin conscience de la préciosité de la vie.
    Aujourd’hui je profite à fond de mes proches et de mon fils, et je mets toutes mes tripes et mon énergie à la réalisation de mon bonheur et de mes rêves…et cela porte ses fruits ! Dommage qu’il nous faille vivre tant d’épreuves pour en arriver là…mais au moins on vit notre vie à fond ; )
    merci Selma pour tes beaux articles !

  • Magnifique cet article! Il fait écho à un livre lu récemment qui m’a permis de prendre la décision de me lancer, de faire ce qui me plaît dans la vie, de ne plus “avoir” peur – Et il me parla de cerisiers, de poussières et d’une montagne – Antoine Paje, et mon passage préféré que j’ai noté partout pour le lire et relire et me souvenir de ce que je veux, de ce dont j’ai besoin et pourquoi je fais tout ça: “On arrête de ramper dans sa tête. On se lève, on avance un pied. On se casse la figure. On se relève, on avance à nouveau un pied. On se recasse la figure. On continue, et un jour, on marche. Alors, bien sûr, on a plein d’égratignures, on a mal, plein de bleus. Mais, un jour, on n’a plus peur et on est follement heureux. En parfaite harmonie avec son esprit.”

Leave a Comment

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez