Vivre de sa passion ? Ah non !

Vivre de sa passion? C’est dans l’air du temps.

Face à la morosité ambiante, on fait miroiter entrepreneuriat comme la solution.

Ça m’agace!

Parce qu’en vrai, comment ça se passe?

Est-ce que c’est possible, de vivre de sa passion?

Est-ce que c’est réaliste, de baser une offre commerciale sur ce qui nous passionne?

Clairement : non!

Alors, qu’est-ce qu’on fait?

Pour commencer, creuse sous la surface

  • Quand un client achète ce que tu vends, ça ne dépend pas qu’en partie de ton travail lui-même. Sa décision d’achat est liée à son passé : une ribambelle d’émotions, de vécus, d’expériences. Sa décision est aussi étroitement liée à son présent, et à ce qui lui pose problème aujourd’hui.
  • Enfin, sa décision d’achat est liée au futur dans lequel il se projette : ton client met sur sa liste de choses à faire ce qui va le rapprocher de l’image qu’il veut avoir/donner de lui même, du futur qu’il veut créer pour lui et pour ses proches. Pour aller au fond des choses : tout ce que ton client met sur sa liste de choses à faire vient des sentiments qu’il veut éprouver :

« Sans exception : tout ce que nous mettons sur notre liste de choses à faire vient des sentiments que nous voulons éprouver.

Tu manges ce que tu manges, tu fais ce que tu fais, tu fréquentes qui tu fréquentes, tu dis ce que tu dis parce que tu crois que chacune de ces actions va provoquer quelque chose d’agréable en toi.

Nous faisons ce que nous faisons pour nous sentir bien. »

– Danielle Laporte

Ta passion peut te freiner

  • Pour produire un message qui vaut la peine d’être lu/entendu/partagé, pour créer des produits et services qui valent la peine d’être achetés/offerts, ta passion ne suffit pas.
  • Elle peut même te freiner. Parce que si tu es tellement passionné-e par ce que tu fais, tu peux te perdre dedans, et oublier pour qui tu fais tout ça. Tu peux perdre un temps infini à peaufiner des détails qui n’ont pas d’importance pour tes clients. Tu peux rester le nez tellement collé à ton guidon que tu peux passer à côté de ce qui compte réellement pour eux.
La passion ne suffit pas. Ce n'est que le ticket d'entrée ! #entrepreneurs #réussirClick to Tweet
  • Tu risques aussi de ne pas comprendre ce que ton travail apporte aux autres. Comme tu ne vois pas le temps passé dans ton bureau/cabinet, tu as presque l’impression que les autres pourraient faire pareil s’ils s’en donnaient la peine, tu as du mal à fixer tes prix. Et tu sous-estimes ton impact.
  • L’autre problème, c’est que ta passion te rend aveugle sur tes erreurs. Sur ce qui ne marchera jamais, sur ce qui devrait absolument être retravaillé, amélioré ou abandonné.

Vivre de sa passion : nan mais ffffff !

  • Un des plus grands malentendus que je vois peser sur la relation commerciale, c’est le concept de client idéal – un profil construit à partir de ce qu’on croit savoir sur sa cible + de ce qu’on imagine se passer dans sa tête. Un client tellement idéal, qu’il en devient la version business du Prince Charmant en fait.
  • Forcément, ce client idéal-là ne mène nulle part. On ne peut pas construire son offre, ses prix, son activité sur des suppositions + sur ce qu’on imagine que les clients veulent.
Vivre de sa passion, c'est la version business du Prince Charmant #entrepreneurs #réussirClick to Tweet
  • On ne peut que partir sur des certitudes : ce qu’on est certain que les clients disent/pensent/ressentent/entendent/voient. A partir de là, on peut bâtir des hypothèses de produits et services inspirés par notre passion, puis tester ses hypothèses sur de vrais clients –  pas des profils imaginaires. Et améliorer le produit, le service, le message qui va avec, la communication, l’offre commerciale.
  • Ton client a une vie. Il s’agit donc de comprendre ce qui se passe dans cette vie-là, indépendamment de ton travail. Ta passion pour ce que tu fais? Ce n’est pas ce qui lui donne envie d’acheter.
  • Ce qui te passionne t’inspire, et c’est formidable. Pour le reste, garde le doigt sur le pouls de ta clientèle.
  • Une relation commerciale saine peut être nourrie par ta passion, mais elle sera fondée sur tes clients, sur le service que ton travail leur apporte. Ta passion est une énergie qui va infuser tes produits, tes services. C’est le ticket d’entrée.

Ce que le client achète, c’est un service

  • Ce que le client achète, c’est un service : oui, que tu vendes des produits, des prestations ou des services au 1er sens du terme ! En tant que client, on achète un outil pour résoudre un problème, concrétiser une aspiration: si ton travail te passionne tant mieux (j’espère quand même hein, sinon tu vas t’ennuyer), mais chacun achète par rapport à lui-même, il achète la solution d’une problématique, la matérialisation d’une envie.
  • Tu es phytothérapeute? Tu rends service à tes clients en leur offrant une alternative aux médicaments, un moyen de gérer leur stress, de vivre mieux et aussi l’opportunité de consommer différemment.
  • Tu es styliste? Tu rends service à tes clients en les aidant à exprimer leur personnalité avec leur style.
  • Tu es décorateur? Tu rends service grâce à des sélections qui personnalisent un intérieur, reflètent des goûts et des valeurs, et qui, selon ton style, inspirent, font voyager.
Quoi que tu vendes : ce que le client achète, c'est un service #entrepreneurs #communicationClick to Tweet

***

Tu veux créer des produits et services dont tes clients ont besoin, écrire des descriptions produits et services efficaces, publier des articles qui seront lus/commentés/partagés, faire la différence et vendre mieux? Tu dois savoir ce qui se passe dans la tête de tes clients, et parler le même langage qu’eux!

Clique ici pour recevoir (gratuitement) l’atelier “Comment lire dans les pensées de ses clients”

***

Et toi? Quel service est-ce que tu rends à tes clients?

Author Details

Je m’appelle Selma Païva. Je suis l’auteure du livre “Internet est une table pour deux, le marketing autrement”. Je forme + conseille + accompagne les entrepreneurs au niveau de leur marketing de contenu sur selmapaiva.com

Au programme – email marketing, copywriting, blogging, storytelling… ou l’art de manier les mots pour construire des séquences de mails dignes d’une série Netflix. Des articles qui captivent ta communauté . Des landings pages qui convertissent tes visiteurs en prospects. Et des pages de vente qui donnent envie d’acheter !

Commence par mes 10 micro-leçons d’email-marketing ici. Elles sont gratuites. Et spécialement conçues pour une relation durable et riche avec tes abonnés :-)

220 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez